Exemption de la taxe professionnelle sur les nouveaux investissments : une vieille idée remise au goût du jour

13 novembre 2008 • l'équipe de la Fondation iFRAP

En 1980, lors d'un de mes passages à Singapore, mon ingénieur résident, très économe, me demande l'autorisation de changer de voiture, puisque la sienne avait 8 ans, et que, là-bas, la vignette augmente avec l'âge de la voiture, et qu'elle devient franchement dissuasive lorsque la voiture atteint 8 ans.

Cela m'a donné des idées, et, peu après, j'avais l'occasion de déjeuner au G.I.M. (branche Île de France de l'U.I.M.M.) avec René Monory, Ministre des Finances du gouvernement Barre ; je lui fis la suggestion suivante : exempter de taxe professionnelle les nouveaux investissements, et reporter la charge sur les anciens : l'industrie sera mieux équipée, et l'industrie des biens d'équipement s'en trouvera bien. Réponse de Monory : "Cher Monsieur, c'est effectivement une excellente idée, mais j'en ai une encore meilleure : je veux supprimer la taxe professionnelle ! " Je sortis de ce déjeuner en me disant que j'avais perdu mon temps.

Mais la Fédération de la Mécanique a repris ce leitmotiv ; puis, quelques années plus tard, je glissai l'idée à l'oreille du Ministre du budget de l'époque, un certain Nicolas Sarkozy.
Et, 28 ans après le début de cette histoire, le même Nicolas reprend cette idée, même si c'est sous une forme un peu différente.
Je n'aurai pas l'outrecuidance de penser que je suis à la base de cette décision, mais Nicolas, qui a une mémoire d'éléphant, s'est peut-être rappelé ce que je lui avais dit il y a 14 ou 15 ans…