Europe et international

Réformes au Japon : Koizumi élimine la bureaucratie

Des Français l'ont rêvé, les Japonais l'ont fait. Partie II.

09 novembre 2006 • une contribution extérieure

europe_international.jpg

L'article qui suit est traduit du grand journal économique japonais, le Nihon Keizai Shimbun (mot à mot Le Journal de L'Economie Japonaise), ou plus exactement de sa version hebdomadaire en anglais The Nikkei Weekly, avec sa permission. Il a été publié le 2 octobre 2006 sous le titre "Takenaka laisse des résultats mitigés" sous la plume de Akio Fujii, membre senior de l'équipe éditoriale. Pour les lecteurs français, Heizo Takenaka est un professeur universitaire d'économie que le Premier ministre Junichiro Koizumi a fait rentrer dans son cabinet comme ministre des Finances, à la tête du célèbre Okura Chô, le Bercy japonais. Takenaka a eu à résoudre un certain nombre de graves problèmes dont l'énorme passif des banques suite à l'éclatement de la bulle et à préparer des réformes majeures comme la privatisation de la Poste japonaise, l'une des institutions financières les plus grandes du monde à travers sa collecte de l'épargne. Cet article analyse comment Takenaka a su bouleverser la donne.

Pour des questions de droit d'auteur nous ne pouvons pas publier la traduction française de cet article sur Internet. Cette traduction est disponible dans la revue Société Civile n°63

Des Français l'ont rêvé, les Japonais l'ont fait :

- Partie I : Des Français l'ont rêvé, les Japonais l'ont fait

- Partie II : Réformes au Japon : Koizumi élimine la bureaucratie

- Partie III : Les mesures fiscales japonaises pour multiplier les Business Angels

- Partie IV : Que fait-on en France pour les Gazelles et les Business Angels ?

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.