Europe et international

Rationaliser le réseau diplomatique

12 mars 2014 • l'équipe de la Fondation iFRAP

arton13994.jpg

Avec 168 ambassades, la France possède le troisième réseau diplomatique derrière les États-Unis et la Chine, et le premier réseau dans l'Union européenne. Mais les « Affaires étrangères », comme elles se présentent en France, ont-elles encore un sens alors que chaque ministère possède un service international ? La modernisation de notre réseau ne devrait-elle pas passer par une mise en commun de nos moyens avec les autres membres de l'Union européenne ? À titre d'exemple, le Royaume-Uni, qui a longtemps eu la même approche que la France vis-à-vis de sa représentation extérieure, décide dans les années 1990 de réformer son modèle diplomatique : en fermant une trentaine d'ambassades, en réorientant sa présence vers des pays jugés plus stratégiques, en employant un effectif composé aux deux tiers d'agents locaux (contre seulement un tiers pour la France) et en transformant peu à peu le Foreign Office en l'un des services du Prime Minister. Bilan : les Britanniques remplissent aujourd'hui les mêmes missions que le Quai d'Orsay avec presque 1 milliard d'euros et 1.000 agents de moins.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.