Europe et international

Trois questions à Hubert de Milly

L'aide au développement est politique par nature

05 août 2009 • Guillaume Varnier

europe_international.jpg

Hubert de Milly est ingénieur agronome et docteur en économie institutionnelle de formation. Il a travaillé vingt-cinq ans au ministère de la Coopération et anime depuis deux ans le groupe de travail chargé de l'efficacité de l'aide internationale à l'OCDE.

Cet interview complète notre article sur l'aide au développement en Afrique

- Quels sont les objectifs de l'aide internationale ?

L'aide internationale est un ensemble de flux d'origine publique dirigé vers les pays en développement et dont les objectifs sont d'ordre économique et social. Elle constitue une redistribution à l'échelle mondiale et une correction des inégalités, aussi minime soit-elle. Mais l'aide participe des relations diplomatiques et est donc politique par nature. Les priorités sont variables d'un pays donateur à l'autre, mais répondent généralement à une demande de l'opinion publique en termes de solidarité et de sécurité.

- L'aide au développement améliore-t-elle la vie des gens ?

La réponse est oui. Mais cette réponse est insuffisante car il n'y a pas deux situations qui se ressemblent. L'aide est perfectible. Dans certains pays d'Afrique de l'Ouest, l'aide internationale représente plus de la moitié des dépenses publiques et jusqu'à la totalité de l'investissement public. L'impact y est globalement positif. Bien qu'elle pose des problèmes de corruption, sans aide, il n'y aurait probablement que peu ou pas de routes, d'électricité, d'écoles ni d'hôpitaux.

Faut-il l'augmenter ?

Oui, les volumes sont trop faibles et il existe aujourd'hui une capacité d'absorption supérieure à l'offre d'aide au niveau mondial. Cela peut sembler paradoxal, lorsque l'on voit que certaines agences ont des difficultés à décaisser l'intégralité de leurs dotations, faute de projets. Les causes se trouvent sans doute dans les excès de contraintes administratives, de contrôle et d'évaluation qui nuisent parfois à l'efficacité.

Commentaires

  • Par Michel Piot • Posté le 10/09/2009 à 07:49 La question n'est-elle pas "apprendre à pêcher ou donner du poisson"? L'aide de base ne doit-elle pas être éducative, didactique ? Formations en France par exemple d'Ingénieurs agronomes africains, en agro développement, etc. praticiens; Qui seront vecteurs de savoirs faire, formateurs de Conseillers agricoles (ce qu'avait demandé le Président Wade, il y a peu); Des Professeurs d'agricultures appliquées; De très vastes étendues cultivables ne sont-elles pas en friche faute de savoir lire, écrire, et de savoir cultiver ? ...

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.