Europe et international

Gaz de schiste : énergie de l'avenir aux États-Unis

01 décembre 2011 • Bernard Zimmern

arton12426.jpg

Tandis qu'en France les écologistes ont réussi à stopper le développement du gaz de schiste en attendant de fermer nos centrales nucléaires, les Américains voient des centaines de milliers d'emplois surgir des technologies qu'ils ont été les premiers à développer pour mieux exploiter les réserves énergétiques de leur sous-sol, au point que les États-Unis, devenus dépendants pour près des trois quarts de leurs besoins énergétiques d'importations étrangères, vont voir ceux-ci couverts à moitié dès 2015, et simultanément créent massivement des emplois dans ce secteur crucial. Deux cent mille emplois de plus créés en 8 ans, plus de 20% des emplois créés dans cette période.
Dans une Amérique soumise à l'un des taux de chômage les plus élevés de son histoire, les états où cette révolution est en cours, notamment le Dakota du Nord, enregistrent un taux de chômage de 3,5%, avec des emplois ouverts offrant plus de 100.000 dollars de salaire annuel…

Il est intéressant de rapprocher ces chiffres de ceux des créations dues à l'énergie verte qui est au cœur du discours du Président Obama et des Verts. Le Washington Post, un journal qu'on ne peut pas accuser de nourrir des opinions de droite, annonçait en septembre que le programme de 38,6 milliards de dollars de prêts pour des opérations « vertes » n'avait créé que 3.500 emplois en deux ans.

L'une des grandes questions de la campagne électorale à venir est de savoir si la France va continuer à se nourrir de grandes déclarations qui sont assurées de nous rendre encore plus pauvres ou plus dépendants, ou si le bon sens et le réalisme, celui des chiffres sur le coût réel au kilowatt des différentes formes d'énergie, vont prévaloir, ou si nous allons continuer d'enterrer notre emploi et notre niveau de vie pour des chimères.

Il est certes important de défendre notre Planète mais pour ceux qui penseraient que réduire notre consommation de produits pétroliers est la solution, le graphique ci-dessous donne à réfléchir [1].


[1] Le début de cet article est issu d'un article d'opinion « The Non-Green Jobs Boom » paru dans le Wall Street Journal du 28 novembre 2011.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.