Europe et international

Des raisons de la défaite des démocrates américains

03 novembre 2010 • Bernard Zimmern

arton11822.jpg

Sur les raisons de la défaite des Démocrates aux élections de mi-mandat, il est difficile de se faire une opinion objective à travers les médias français. Il faut en effet se rappeler que la presque totalité des journalistes français prennent leur inspiration dans le New-York Times, le Washington Post, le Herald Tribune, CNN alors que ces médias ne représentent que les vues des Démocrates et souvent les vues les plus extrêmes ; mais ils ignorent le Wall Street Journal ou Fox News, voire les décrient comme des extrémistes alors que ces médias sont suivis par l'autre moitié de la population.

Ceci les conduit à mettre sur le dos de la crise la défaite d'Obama alors qu'il s'agit d'une révolte beaucoup plus profonde, révolte contre les mensonges dont se nourrit une partie de la politique américaine depuis des années.

Mensonge comme le plan de réforme de Wall Street qui oublie de traiter des Fannie Mae et Freddy Mac, les deux organismes financiers de prêts hypothécaires d'où est partie la crise, car ayant prêté à tout va malgré les cris d'alarme du Wall Street Journal dénonçant la collusion entre le parti démocrate et les dirigeants de ces deux organismes. Mais Frank Barney, député du Massachussett, et Chris Dodd, sénateur du Connecticut, qui depuis longtemps manipulent les ficelles pour les Démocrates ont tout fait pour que la réforme ne touche pas la poule aux œufs d'or de leur parti. Dodd, d'ailleurs ne se représente pas car il est attaqué pour s'être fait octroyer à titre personnel des prêts immobiliers à des taux incroyablement bas.

Mensonge en ce qui concerne le plan santé qui fait reposer une réforme énorme sur le postulat que l'Etat est seul capable de réduire le coût des dépenses de santé aux Etats-Unis alors que l'Europe et la France en particulier apportent la preuve du contraire et se donne pour justification morale de faire disparaître 41 millions de non assurés en oubliant de dire que sur ces 41 millions, seuls environ 6 millions restaient sans assurance santé plus de 18 mois.

Mensonge en ce qui concerne la pauvreté croissante des classes moyennes américaines et l'accroissement des inégalités, cette légende admirablement concoctée par Piketty et Saez et reprise par des éditorialistes comme Paul Krugman du New York Times de façon tellement caricaturale que le plus naïf des lecteurs n'a pu manquer d'être étranglé par d'aussi grosses ficelles.

Mais l'Amérique reste encore le pays où les très petites entreprises, Joë the plumber , restent encore une énorme force électorale qui n'a pas abdiqué comme en France. Et les Américains savent avec leurs tripes que l'Etat n'est pas la solution mais le problème. Ils savent qu'on ne relance pas une économie en distribuant des $ à tout va, qu'une économie se relance en faisant confiance aux entrepreneurs pour prendre le risque d'investir et d'embaucher, en les persuadant que l'Etat fera tout pour alléger leurs charges et pour éliminer les obstacles, notamment bureaucratiques ; à peu près la politique inverse de celle suivie par les Démocrates et Obama, que ce soit sur ObamaCare la réforme financière, la réforme énergétique avortée, les mesures prises pour favoriser les syndicats en supprimant la concurrence des marchés publics ou accroissant sans mesure les retraites des fonctionnaires, ce qui met un certain nombre d'états en faillite.

Il reste maintenant aux Républicains à montrer qu'ils savent comme les Anglais retrouver le chemin d'un Etat maigre et plus efficace. Et pour commencer, qu'ils ne se laisseront plus prendre aux sirènes du « pork barrel », ces subventions en faveur de leurs propres circonscriptions glissées dans les textes votés ou qu'ils ne laisseront plus les traitements des fonctionnaires fédéraux croître deux fois plus vite que les salaires moyens du privé comme cela s'est passé sous Bush II.

Commentaires

  • Par Bernard Zimmern • Posté le 06/11/2010 à 19:14 Je serais très intéressé -sans formule de style- à savoir où précisément Wall Steet aurait fait dérailler la réforme Franck/Dodd.

    Les seules choses que je sais en effet sont que

    -le projet voulait soumettre les Business Angels aux mêmes obligations de déclaration que les hedge funds ce qui aurait tué ce qui est la poule aux oeufs d'or de l'économie américaine et c'est WS qui aurait arrêté

    -Barney Farnck pour la Chambre et Chris Dodd pour le Sénat ont laissé complètement de côté la réforme des Fanny Mae et Freddy Mac qui ont creusé un trou de plus d'un trillion de $ qui ne cesse de s'agrandir et dont eux-mêmes et le parti Démocrate ont largement profité (Voir http://www.ifrap.org/Corruption-et-politiciens-dans-la-crise-des-subprim... )
  • Par Clive Hole • Posté le 06/11/2010 à 19:14 Monsieur,
    Je partage tout ce que vous dites pour améliorer le fonctionnement de l'entreprise, les PME, pour réduire le nombre de fonctionnaires, mais je suis TRES étonné sur ce que vous dites sur Obama. Si l'extrémisme des Républicains, une partie qui a justement empêcher une grande partie de la réforme financière au Congrès étant fortement appuyée et financée par Wall Street, est une référence pour vous, je dis THINK AGAIN.
    Je n'ai jamais connu une telle extrémisme du partie républicain et en parlant avec plusieurs américains d'une très bonne trempe, eux non plus et j'ai 63 ans.
    En plus, lorsque vous prenez les somme énormes qui ont été sucrées par des bandits sur Wall Street, que 1% de la population américaine détient 24% de la richesse du pays, alors il ne me semble pas une référence. Un Steve Jobs oui qui crée des milliers de postes, mais pas toutes ces personnes à Wall Street qui pour la plupart ont plombé les Etats Unis et l'Occident.
    Dernièrement, c'est vrai que le Middle Class aux Etats Unis a perdu beaucoup ces dernières années en niveau de vie, et ce n'est pas Le Monde qui le dit, mais des journaux responsables comme le Financial Times!
    Lecteur depuis de longue date de votre revue, je suis très déçu et même choqué de lire de tels mots.
    Cordialement,

    Clive Hole
  • Par Bernard Zimmern • Posté le 06/11/2010 à 12:43 Les 41 millions sont pour l'essentiel des salariés en changement entre deux emplois
  • Par soderi • Posté le 06/11/2010 à 12:43 "alors que l’Europe et la France en particulier apportent la preuve du contraire et se donne pour justification morale de faire disparaître 41 millions de non assurés en oubliant de dire que sur ces 41 millions, seuls environ 6 millions restaient sans assurance santé plus de 18 mois."

    C'EST MAL ECRIT! ILS LES ONT TUES LES 41 MILLIONS DE NON ASSURES?

    ET LE SUJET EST BIEN LOIN AUPARAVANT ALORS? QUI LES FAIT DISPARAITRE???!!!!!

    SUR LE FONDS JE SUIS D'ACCORD.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.