Europe et international

Commerce extérieur de l'Allemagne : idées reçues et réalité

16 mai 2013 • Bertrand Nouel

arton13353.jpg

On a coutume d'accuser l'Allemagne d'un comportement non coopératif à l'égard de ses partenaires européens en ce que, à partir des années 2000, elle aurait procédé à une déflation compétitive en baissant son coût du travail. La conséquence en serait qu'elle aurait accru le solde excédentaire de son commerce extérieur au détriment de ses partenaires européens dont le même solde se retrouve nécessairement déficitaire. Cette idée reçue est largement fausse comme le démontrent les graphiques qui suivent [1].

1. Les chiffres concernant la seule Allemagne.

PNG - 9.7 ko
Allemagne : importations UE et exportations -dans et hors UE

Ce graphique démontre plusieurs faits.

a. Tout d'abord le solde excédentaire du commerce extérieur de l'Allemagne à l'intérieur de l'Europe n'est pas apparu au cours des années 2000 et son existence ne peut pas être reliée aux réformes de la période Schröder. Il existait déjà en 1990 et en 2000, et même de façon bien plus importante en valeur relative : 36 milliards sur un total de 200 milliards d'exportations (18%) contre seulement 27 milliards prévus en 2014 sur un total de 664 milliards d'importations (4%). Ramené au total des exportations à l'intérieur de l'UE prévu pour 2014 (2953 milliards), ce solde bénéficiaire pour l'Allemagne et conséquemment déficitaire pour ses partenaires ne représente que moins d'1%. Au surplus, comme on le verra plus loin, ce déficit est le fait de la seule France.

b. La plus forte augmentation qu'a récemment connu l'Allemagne dans ses échanges, relativement à sa part de marché, se situe au niveau des importations en provenance de l'UE (637 milliards pour 2014 contre 503 en 2010), avec une part de marché passant de 19% en 2005 à 23% en 2014). Ce qui signifie que l'Allemagne est de très loin le pays qui « fait » le plus travailler ses partenaires pour s'approvisionner en biens et services.

c. Depuis 2007 les exportations de l'Allemagne vers l'UE ont baissé et ne vont retrouver leur niveau de l'époque qu'en 2013. En revanche, le commerce extérieur de l'Allemagne s'est considérablement développé en direction des pays en dehors de l'UE (pays émergents surtout) : de 340 à 493 milliards (45% d'augmentation) entre ces deux mêmes dates. Il importe donc de ne pas rester prisonnier de schémas intra-européens qui appartiennent déjà au passé : l'Allemagne regarde et se développe ailleurs !

d. Enfin la part de marché de l'Allemagne dans les exportations, qu'elles soient intra-européennes ou hors UE, reste globalement stable, contrairement à ce qu'on pourrait croire : 23% des exportations intra-européennes et 28% hors UE.

2. Comparaison France-Allemagne.

PNG - 17.9 ko
Comparaison France-Allemagne des importations et exportations (dans et hors UE)

Par comparaison, la France voit son commerce extérieur stagner en valeur absolue, malgré l'augmentation générale des échanges, et donc corrélativement sa part relative de marché diminuer, que ce soit en exportations dans l'UE ou hors UE, ou encore en importations dans l'UE. En ce qui concerne les importations en provenance de l'extérieur de l'UE, que nous n'avons pas fait figurer ici, la part relative de la France a au contraire tendance à augmenter.

Signalons aussi que la France est le seul des grands pays de l'UE (à l'exception du Royaume-Uni, qui n'est cependant pas dans la zone euro) à connaître un solde déficitaire de son commerce extérieur, que ce soit à l'intérieur comme à l'extérieur de l'UE.

En conclusion, l'accusation de manque de coopération de l'Allemagne à l'égard de ses partenaires européens manque de substance. C'est au contraire l'Allemagne qui a augmenté ses importations en provenance de ses partenaires de l'UE, lesquels peuvent l'en remercier, et la France qui se singularise à ce propos, en étant presque le seul pays de l'UE à connaître un solde déficitaire de son commerce extérieur. En fin de compte, tous les autres pays (même l'Espagne et l'Italie) ont bénéficié de l'augmentation des échanges commerciaux, que ce soit à l'intérieur comme à l'extérieur de l'UE. Nous sommes les seuls à nous plaindre, pour des raisons qui ne tiennent qu'à nous…

[1] Source : Commission européenne, base Ameco.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.