État et collectivités

Pourquoi les énarques ne comprennent pas les Français

ENA : Ecole Nationale de l'Autisme ?

20 février 2005 • Bernard Zimmern

arton1000.jpg

Une fracture s'est créée entre les élites dirigeantes sorties de l'ENA et le peuple et elle ne cesse de s'aggraver car formées à l'ENA, loin des réalités et des problèmes quotidiens des Français, titulaires de nombreux privilèges et sans connaissance du monde de l'entreprise, les énarques ne peuvent pas comprendre les préoccupations de la « France d'en bas ».

Les élections présidentielles de 2002 et le référendum sur la constitution européenne de 2005 ont mis en évidence la fracture qui se creuse sans cesse entre les élites dirigeantes et le peuple français. A chaque avertissement, les dirigeants de gauche comme de droite nous disent qu'ils ont compris le message des Français, que les choses vont changer, que des mesures vont être prises. Mais rien n'y fait : la fracture s'est transformée en gouffre, et la nomenklatura ne comprend toujours pas le peuple.

Mais comment le pourrait-elle ? Formée à l'ENA, loin des réalités et des problèmes quotidiens des Français, titulaire de nombreux privilèges et sans connaissance du monde de l'entreprise, l'énarchie ne peut pas déchiffrer les préoccupations de la « France d'en bas ». Technocrates omniprésents à tous les postes-clés, les énarques sont tous formatés dans la même usine, l'ENA, où on apprend langue de bois, toute puissance de l'Etat et de l'Administration, où on inculque le dogme de la continuité et la peur des vraies réformes. Enfermés dans leur bulle, les énarques accaparent l'administration, les postes politiques et les directions des entreprises tant publiques que privées et sont devenus un vrai danger d'immobilisme pour la France.

Dans ces conditions, comment réformer la France ? Car l'Etat, c'est eux ! Déjà, Saint-Simon l'écrivait : « il n'est d'avenir qu'à la Cour ». Lorsqu'une telle règle est instaurée, que faire ? Comment parler de changement lorsque ces élèves énarques sortent de l'école avec un diplôme leur assurant carrière et privilèges à vie ? Si la France va mal, on leur apprend à créer une Commission ou un Observatoire. Si les statistiques économiques sont mauvaises, au mieux ils les cachent, au pire, ils les maquillent. D'autres pays ont de meilleurs résultats économiques ? Peu importe car améliorer nos résultats se ferait au détriment de la « justice sociale ».

Pour toutes ces raisons, la France ne pourra en aucun cas changer avec ceux pour qui rien n'existe vraiment en dehors de l'Administration et des règlements. Il n'y a pas d'issue possible pour les Français si ce n'est de débrancher cette machine à fabriquer des clones experts en bureaucratie et surtout d'ouvrir les postes dont ils ont le monopole aux candidats du privé.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.