État et collectivités

#GrandDébat : les élus et leur origine socio professionnelle

17 janvier 2019 • Sandrine Gorreri

elus_debat_macron.jpg

Dans sa lettre aux Français, le président de la République a adressé quatre thèmes parmi lesquels l’organisation de l’État et des services publics. Il pose notamment la question : Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d’élus ?

Le nombre d’élus est un point sur lequel la Fondation iFRAP est régulièrement revenue, notamment dans une étude publiée en 2017, pour souligner la position singulière de la France en comparaison des autres grands pays européens.

Voir la note : Mandats politiques : Passer de 645.000 à 114.000 élus

Une publication récente du ministère de l’Intérieur est venue mettre à jour ces données : il s’agit du répertoire national des élus (RNE), disponible sur le site data.gouv.fr. Ce répertoire nous permet de mettre à jour les données : le chiffre à jour des mandats se situe désormais de 608.540.

608 540 mandats en France en 2018

Maires

35 297

Conseillers municipaux

499 356

Conseillers communautaires

67 103

Conseillers départementaux

4 026

Conseillers régionaux

1 753

Députés

577

Sénateurs

354

Députés européens

74

Télécharger les fichiers excel du répertoire national des élus :

Dans une précédente publication, nous avions précisé ces données en regardant département par département quel était le nombre d’élus. Voir notre carte (données non mises à jour du RNE) Mais le répertoire national des élus comporte de nombreuses informations et permet en particulier de connaître l’origine socio-professionnelle des élus.

L’origine socio-professionnelle des élus

Les résultats par strate sont les suivants et montrent des différences importantes entre les types de mandats :

Pour mémoire, voici la répartition de la population française en âge de voter

Catégorie socio-professionnelle

Part dans la population en âge de voter

(48 millions de Français)

fonction publique y compris enseignement et entreprises publiques 10%
salariés du privé 28%
retraités du privé & autres retraités 26%
agriculteurs & marins 1%
retraités de la fonction publique (yc enseignement et entreprises publiques) 8%
cadres 9%
commerçants & artisans & chefs d'entreprises 4%
professions libérales 2%
retraités agricoles 3%
retraités commerçants et artisans 5%
retraités des professions libérales 1%
étudiants 4%

Les principales conclusions 

Quelle que soit la strate, les fonctionnaires et agents publics (dans notre méthodologie pris au sens large : y compris les enseignants, les magistrats et les agents des entreprises publiques) sont la catégorie socio-professionnelle la plus représentée.

Le pourcentage varie de 26% pour les députés européens, les députés, les conseillers départementaux, 24% pour les conseillers régionaux, 22% pour les sénateurs. Le pourcentage le plus faible est pour les maires : 15%, 17% pour les conseillers municipaux et presque 18% pour les EPCI.

Cette forte représentation grimpe encore si l'on y additionne les retraités de la fonction publique et des entreprises publiques :

  • Députés : 31%
  • Sénateurs : 34 %
  • Maires : 30 %
  • Conseillers municipaux : 26 %
  • Epci : 32%
  • Conseillers départementaux : 37 %
  • Conseillers régionaux : 31 %
  • Députés européens : 30%

Les professions libérales sont très représentées parmi les députés (17%), les sénateurs (13%), les députés européens (15%). Elles le sont moins chez les maires (4%), les conseillers municipaux (3%), les EPCI (5%).

De même que pour la fonction publique, leur représentation grimpe encore si l'on y ajoute les retraités.

Inversement, les agriculteurs et marins, peu présents au Sénat (3%) ou à l’Assemblée nationale (3%) sont nettement plus nombreux parmi les maires (14%), les conseillers municipaux (10%) ou les EPCI (9%).

Les permanents politiques ne sont pas présents au niveau local mais leur présence est à signaler à l’Assemblée (5%), au Sénat (4%), dans les conseils régionaux (5%) et surtout au Parlement européen (12%).

Où se situe le secteur privé dans tout cela ?

  • Secteur privé y compris les retraités : 63%
  • Secteur privé hors retraité : 49%

Cette proportion varie bien entendu selon les strates.

Quels enseignements en tirer ?

L’apparente diversité des profils des élus cache en fait des situations fort contrastées selon les strates. Ce sont les conseillers municipaux qui font gonfler l’addition et ce sont les départements ruraux qui comptent le plus de communes. Cette répartition se reflète, compte tenu du mode de scrutin, sur les maires, les conseillers communautaires, les conseillers départementaux et les sénateurs. Sans remettre en cause le dévouement des élus qui bien souvent assurent de façon bénévole les mandats locaux qui sont les plus nombreux, il est nécessaire de faire évoluer cette organisation pour mieux refléter la composition de la société française.

Le statut actuel de la fonction publique permet plus facilement de s’impliquer dans la vie publique, grâce au détachement. C’est la raison pour laquelle on retrouve une forte proportion d’agents publics parmi les élus. Cette disposition devrait être réexaminée à l’occasion du prochain projet de loi portant réforme de la fonction publique.

Commentaires

  • Par Banville • Posté le 23/03/2019 à 10:52 Excepté l'excellent commentaire de Tharpon,peu de commentateurs parle de l'ENA; je dis et je rerépète que tant que l'énarchie gouvernera, il n'y a pas grand chose à attendre. Il va de soi que cette école serait remplacée par autre chose; je me suis souvent exprimé sur ce sujet dans différent forum. Je salue ,au passage, l'excellent travail de l'IFRAP, qui nous permet de mieux comprendre ce qui se passe dans notre pays.
  • Par Coulboy • Posté le 23/01/2019 à 11:48 Je joins mon commentaire aux votre dans les mêmes termes ! Je ne peux en dire davantage ce sont des magouillages qui n'en finissent plus Resultat ce sont ceux à qui l'ont donné le plus qui sont ensuite les plus virulents D'après mon experirience personnelle de la vie en ruralite je ne trouve pas que les élus ne sont pas aussi près de leur concitoyens Salutations
  • Par ROBERJAN • Posté le 22/01/2019 à 18:14 Je partage à 100% les arguments de Tharpon Pourquoi ne pas imaginer et financer , pour les entrepreneurs et les salariés du PRIVÉ un dispositif équivalent à ce qui existe pour ceux du public? Le dispositif, mutualisé au niveau des syndicats professionnels (MEDEF, GGPME voire chambres consulaires ) garantirait aux candidats issus du privé et arrivant en fin de mandat représentatif un droit à réintégration (si grandes entreprises) à défaut une aide à la reconversion type "outplacement" pour ceux issus des PME. Le tout en contrepartie d'engagements sur une "charte de défense de l'entreprise" mais, évidemment sans aucune exigence d'appartenance présente ou future à tel ou tel parti politique. Les cotisations versées par les entreprises à ce dispositif bénéficieraient naturellement d'une totale déductibilité, comme cela existe déjà pour les aides aux syndicats professionnels de salariés etc...
  • Par JACQUES MALBRANCKE • Posté le 19/01/2019 à 15:10 Le gros problème de cette sur-représentation, est que tous ces gens ont, au cours de leur vie professionnelle, "reçu" leur CA et ne l'ont jamais "gagné". leur point de vue était de le dépenser, et pas tellement (ou pas du tout) de l'économiser. Et après on s'étonne des dérives des dépenses de l'Etat, ou de toute autre strate administrative !!!
  • Par Djinn • Posté le 19/01/2019 à 11:23 J'approuve la plupart des commentaires ci-dessous concernant le déséquilibre dans nos institutions créé par la surreprésentation de la fonction publique qui induit de nombreuses conséquences pernicieuses. La solution anglaise me paraît la plus sérieuse.
  • Par Finistère • Posté le 18/01/2019 à 23:32 Bonjour, Je suis conseillère municipale Déléguée au logement et conseillère communautaire. Oui il y a bcp trop d'élus autour des tables de multiples inombrables et interminables réunions et la plupart des élus font acte de présence, ou pas...., et ne servent vraiment à rien. Oui les csp de la municipalité ne représentent pas du tout la population. Je viens du privé, un monde du travail sans pitié. ... trop dur d'être au milieu des retraités et fonctionnaires et retraités fonctionnaires.... Il faut réformer le monde politique. Impossible de concilier un mandant local avec un job du privé à temps plein ! L'élu en charge d'une délégation devrait disposer d'une disponibilité égale à la durée du mandat quels que soient son entreprise son métier et aussi d'une formation adéquate. Des élus sans aucune connaissance sans aucune compétence se retrouvent à prendre des décisions très importantes. Les agendas sont ingérables et démesurés. Ca n'a pas de sens et ce n'est pas sérieux. Il y a tant à dire... Tout le systeme politique est à revoir sans quoi il n'y aura aucun changement à esperer pour la société et la vie des citoyens....
  • Par Chablain • Posté le 18/01/2019 à 18:25 Bonsoir, Tt à fait d'accord avec Tharpon. J'y ajouterais la suppression des comités Théodule ainsi que des fonctions grassement payées à des professionnels de la politique largement en âge d'être à la retraite. Une grille unique de salaire pour TOUS les fonctionnaires ( Bercy). Totale égalité entre public et privé (retraite, démission ou emploi protégé si élu). Un "triumvirat" de citoyens tirés au sort (ou autre forme de sélection) au "comité de direction" de tous les ministères et commissions importantes, et ceci pour un temps relativement faible (1an, 2 ans ...) Et surtout la réforme à zéro (ou presque) de toutes les lois et réglementations qui ne sont importantes que pour ceux qui les ont pondues !
  • Par reiller • Posté le 18/01/2019 à 18:04 Merci pour cette information qui mériterait une diffusion plus large. Il est étonnant que l'inégalité des français pour l'accès aux fonctions politiques et syndicales n'ait jamais fait l'objet de contestation auprès du conseil constitutionnel. La même étude sur le personnel syndical donnerait sans doute le même résultat navrant.
  • Par Erregezko • Posté le 18/01/2019 à 12:41 Comme vous le mentionnez, la surreprésentation de la fonction publique est liée à sécurité qu'apporte le détachement dont ne bénéficient pas les actifs du secteur privé, ce qui contrevient au principe d'égalité devant la loi électorale. De plus, les fonctionnaires députés par exemple sont leur propre employeur. Cela crée un conflit d'intérêt manifeste, à l'origine des nombreux avantages dont bénéficient les fonctionnaires. Au Royaume Uni, très ancienne démocratie, les fonctionnaires élus doivent démissionner de la fonction publique. Ils sont dans une situation identique à celle des non fonctionnaires, et il n'y a plus de conflit d'intérêts. La fonction publique de ce fait n'y jouit pas des avantages exceptionnels dont elle bénéficie en France.
  • Par Faïk Henablia • Posté le 18/01/2019 à 11:50 Puisque le principe d'égalité semble prévaloir, et de loin, dans notre bonne vieille devise républicaine, en voici une à rétablir d'urgence, celle entre fonctionnaires et simple mortels dans la procédure de sollicitation d'un mandat électif.
  • Par dahutpoilu • Posté le 18/01/2019 à 10:06 il faut mettre fin au statut de la fonction publique,et exiger que députés et sénateurs démissionne de la fonction publique. l’exigence d'un casier judiciaire vierge est un préalable à toute élection.
  • Par Dominique • Posté le 18/01/2019 à 08:28 est ce une coquille? cela parait très faible: le nombre de retraités issus de la FP dans la population? retraités de la fonction publique (yc enseignement et entreprises publiques) 1%
    • Par Sandrine Gorreri • Posté le 18/01/2019 à 10:09 Effectivement, il y avait une coquille, le tableau a été corrigé. Merci de votre lecture attentive
  • Par FITTOTO • Posté le 18/01/2019 à 06:41 Beaucoup trop d'étages et de représentants. Il faut dégraisser efficacement les effectifs pléthoriques et réduire tous les doublons à tous les échelons. Cela sera la première économie efficace du budget de la France.
  • Par Netflix • Posté le 17/01/2019 à 23:37 La sur-représentation de fonctionnaires détachés parmi les élus rend impossible la transformation de la FP
  • Par gilles de Brunier • Posté le 17/01/2019 à 22:39 Il est clair que cette surreprésentation de la fonction publique parmi les élus fausse évidemment les débats, si effectivement leur statut particulier leur donne beaucoup plus de facilité à se lancer dans la politique, ils ont aussi peut être également, une plus grande tranquillité d'esprit et une vie moins stressante qui leur permet de se consacrer plus facilement à la vie publique. Ce n'est évidemment pas eux qui diront qu'il y a trop d'effectifs dans la fonction publique d'état, ou territoriale.
  • Par Tharpon • Posté le 17/01/2019 à 21:15 Oui bravo, Enfin on y arrive. Le mouvement des gilets jaunes a eu, parmi d’autres,le mérite de ne pas s’én prendre bêtement et idéologiquement aux patrons , mais de toucher le vrai mal qui fait prendre de mauvaises décisions,lois et règlements et actions et dépenses mal pensées. Mal constitué du fait que nos élus sont surpresentés en fonctionnaires qui se croient porteurs de l’intérêt général, généreux avec l’argent des autres (nos impôts), incapables de savoir et comprendre comment on crée de la richesse, qu’on pourra ensuite distribuer et pas l’inverse!!!!, qui ne savent que créer des boulets en tout genre , n’ont aucune idée de comment et combien il faut ramer dans le privé pour faire vivre les entreprises ( PME ETI) celles qui n’ont pas encore pu se créer les rentes de situation que les grands groupes ont acquis et où vont pantoufler les énarques qui entretiennent et défendent très bien la collusion public /privé, soutenus par des médias plutôt lâches et subventionnés qui véhiculent la bien pensance confortable qu’il faut aider les pauvres. Les classes moyennes non planquées en ont marre de servir de cochons de payants. Il est temps de faire tomber les masques. Établir un statut de l’élu venant du privé, qui le protège pour revenir ensuite dans son emploi initial. Ces élus sauront prendre les décisions qui protègent le pays, obtenir les réciprocités des autres pays pour que la compétitivité de notre pays soit restaurée, et ainsi apporter plus de richesse à redistribuer. Il sauront expliquer que rétablir l’ISF c’est économiquement faire fuir les investissements des certains français à l’etranger, c’est vider la France avec toujours plus de nouveaux impôts . Espérons que ces élus sauront mettre en place une pédagogie de la création de richesse réelle. Je ne parle pas de la richesse fictive fabriquée artificiellement par la fînance dont les anglais sont devenus les rois et l’exclure du nouveau système que la France pourrait porter Les mandats devront être limités dans le temps. Le non cumul des mandats ( deputé/ maire) a été une erreur démagogique qui ne fait qu’affaiblir la connaissance et l’influence. Moins de fonctionnaires au niveau central et fonctionnel, plus et mieux payés dans les fonctions de base, moins d’elus pour des assemblées qui auront alors plus de moyens pour évaluer les projets et impacts économiques etc.... et expliquer. Faire savoir, consulter par internet ( en réglant rapidement le pb de l’illectronisme) , diriger autrement au profit des citoyens et de l’économie, simplifier drastiquement les procédures bureaucratiques qui ne donnent du boulot qu’aux fonctionnaires, supprimer l’ENA.... etc Merci au gilets jaunes !
  • Par Henri VILLOT • Posté le 17/01/2019 à 19:38 Quel est l'avis de l'IFRAP sur le projet de loi sur la réforme de la fonction publique relativement au détachement des élus (hors locaux) qui représentent la grande majorité au sein de nos institutions nationales ? Il serait également intéressant de connaître la catégorie socio-professionnelle des élus de chaque parti politique tant à la Chambre qu'au Sénat …….
  • Par GOBY Henri-Philippe • Posté le 17/01/2019 à 19:20 Des élus, fonctionnaires actifs ou à la retraite qui dirigent des fonctionnaires en exercice, cela fait beaucoup de fonctionnaires qui ne connaissent que très peu la vie dans l'univers concurrentiel et le problèmes des créateurs de richesses qui les paient. Comment voulez-vous entreprendre, avec ça ? signé HPG
  • Par JEEP • Posté le 17/01/2019 à 19:02 Il semble nécessaire d'exiger qu'un fonctionnaire, ou assimilé, DÉMISSIONNE sans possibilité de retour.
  • Par angik • Posté le 17/01/2019 à 18:23 Ne trouvez vous pas singulier de trouver la fonction publique aussi largement représentée et surtout quand il s'agit d'élaborer des lois d'intérêt général ? Ne pensez vous pas que nos représentants devraient être plus à l'image de la diversité de leurs électeurs ! Nos problèmes actuels sont profondément liés au boycottage de la fonction publique sur la gestion de notre pays. Comment expliquez vous par ailleurs cette recrudescence de strates administratifs et de doublons sur des fonctions identiques ? Cela ne ressemble t il pas à un style et une mainmise bien identifiés par tous (sauf pour ceux qui en sont les bénéficiaires, directement ou indirectement ) ?

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.