État et collectivités

L'ENA, l'enseigne de la bureaucratie

Embouteillage au sommet de l'administration

15 juillet 2003 • Philippe François

etat_collectivites.jpg

Pour France Telecom, un seul dirigeant en France, Thierry Breton, est apparu capable de sauver l'entreprise. Pour Vivendi Universal, il a fallu sortir René Fourtou de sa retraite. Une année et deux prestigieux cabinets de chasseurs de tête ont été nécessaires pour recruter le PDG d'IBM. Apparemment seul Georges Besse pouvait réformer Renault, et Carlos Ghosn sauver Nissan. Pas de pénurie par contre dans l'administration. La Caisse des Dépôts et Consignations est une entreprise considérable et complexe, mais comme pour chaque poste prestigieux de l'administration, trois ou quatre candidats connus et valables sont disponibles. Sans doute autant d'inconnus feraient l'affaire mais attendent dans des placards dorés. L'expression Chaises Musicales utilisée par la presse est tout à fait adaptée. Comme dans ce jeu, il n'y a pas assez de fauteuils prestigieux pour occuper nos trop nombreux Enarques.

Et où en serait l'embouteillage si la politique ne débarrassait pas les ministères de sérieux candidats ? On suppose que Fabius, Jospin, Chirac, Guigou, Royal, Fillon, Hollande, Mégret, Coppé….. et beaucoup d'autres ministres de nos gouvernements auraient pu prétendre à des postes éminents s'ils ne s'étaient pas reconvertis dans la politique. La France exporte aussi un maximum de ses meilleurs fonctionnaires sous-occupés. La présidence de la BERD, du FMI, de la BEI, de la BCE, quelques postes à l'OCDE, à l'OIT, à l'OMC, à l'ONU, à l'UNESCO sont toujours bons à prendre.

Contrairement à ce qui se passe en Grande-Bretagne, la haute fonction publique française est politisée. On peut donc admettre que, comme aux Etats-Unis, chaque nouveau gouvernement veuille mettre en place des responsables convaincus par sa politique. Mais à droite comme à gauche, l'offre dépasse la demande. La qualité des personnes est incontestable mais il est urgent de recruter moins de hauts fonctionnaires si on veut qu'ils restent motivés. La carrière des fonctionnaires "sortis du rang" (qui n'ont pas fait l'ENA) mais compétents et dynamiques est bloquée par la couche de hauts fonctionnaires en attente de poste. Elle se trouvera débloquée. Ce sera justice et un puissant facteur de motivation. Sans oublier que cela contribuera à réduire notre déficit.

Revue de Presse, décembre 2002

"Finalement, c'est le vice-président de la BEI, Monsieur Mayer qui remplace l'actuel Directeur de la Caisse des Dépôts, Monsieur Daniel Lebègue très apprécié dans les milieux financiers. Il serait épaulé par Monsieur Gallot qui vient de la Direction de la concurrence. Que faire de Madame Bouillot actuelle Directeur Général adjoint ? Monsieur Jean-François Cirelli était candidat, mais il devra rester chef de cabinet adjoint du premier ministre. Monsieur Pierre Mathieu Duhamel attaché au Trésor aurait aussi fait l'affaire ; à titre de consolation, il remplacerait Madame Sophie Mahieux à la direction du budget, au grand dam de M. Banquy qui attendait ce poste. La Direction du PMU pourrait lui échoir. La très recherchée et très lucrative position de Trésorier Payeur Général des Hauts-de-Seine consolerait Madame Mahieux."

Les privatisations et, plus généralement, le recentrage de l'Etat sur ses véritables missions rendent ce problème encore plus aigu. S'il y tant et trop de hauts fonctionnaires en politique, c'est peut-être qu'ils s'ennuient dans les ministères ?

A lire également dans ce dossier :

-A-t-on besoin d'une école pour hauts fonctionnaires ?

-Pour en finir avec l'ENA

- Une institution à la réputation inversement proportionnelle à la connaissance qu'on en a, par Philippe Raphaël, ancien élève de l'ENA

- "L'ENA, un immense gâchis de talents et d'intelligences !", interview de Michel Fourgous, député UMP des Yvelines

- Embouteillage au sommet de l'administration

-Les énarques dans le privé

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.