État et collectivités

Comparaison de l'engagement en OPEX de l'Allemagne et la France

30 novembre 2016 • Un expert des questions de Défense

allemagne.jpg

La politique de sécurité et de défense commune (PSDC) permet à l'Union européenne (UE) d'utiliser des moyens militaires ou civils destinés à la prévention des conflits et à la gestion des crises internationales dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et dont les objectifs sont définis dans l'article 42 du TUE (traité de l'Union européenne) ayant pour objectif à terme une défense commune. A ce titre, la question qui peut être posée : qu'en est-il de la mise en œuvre de cette politique par l'Allemagne et la France ?

Pour répondre à cette question, sont présentées dans les cartes ci-dessous les participations des forces armées allemande et française à différentes OPEX  en 2015.

Volume des effectifs engagés en OPEX par les 2 pays.

Tout d'abord, il peut être constaté que le volume du contingent militaire allemand projeté en OPEX (2.528 personnels1) est inférieur de plus de 60% à celui de la France (environ 7.000 personnels).

Statut des OPEX dans lesquelles ont été ou sont engagés les 2 pays.

L’Allemagne a privilégié les opérations menées :

  • par l'OTAN : Afghanistan2, Kosovo3 (1er pays contributeur en termes d'effectifs4), Turquie5  - environ 40% de son contingent projeté ;

  • par l'UE dans des actions de formation d'armées locales (EUTM6) : Somalie, Mali, Centrafrique, ainsi que de lutte contre le piratage marmite : Corne est de l'Afrique7 ;

  • par l'ONU dans des missions de maintien de la paix : Liban (UNIFIL essentiellement dans sa composante maritime), Sahara occidental (MINURSO), Mali (MINUSMA), Afghanistan (UNAMA), Darfour (UNAMID), Sud-Soudan (UNMISS).

En revanche, la France a engagé plus de 60% de son contingent militaire dans des opérations nationales de contre-insurrection contre le terrorisme menées dans le cadre d'accords bi-latéraux : Bande sahélo-saharienne (OPEX Serval puis Barkhane) et Centrafrique (OPEX Sangaris).

Elle a participé aussi à des missions de maintien de la paix :

  • au sein de l'ONU : Liban (UNIFIL) où elle arme la force de réaction rapide (FCR - environ 800 personnels) au profit de cette force onusienne, Côte d'Ivoire (ONUCI), Sahara occidental (MINURSO), Liberia (MINUFIL), République démocratique du Congo (MINUSCO) ;

  • au sein de l'UE : République démocratique du Congo (EUSEC) ;

  • au sein de forces multinationales : Sinaï (force multinationale d'observation - FMO)

Enfin, elle a apporté une contribution significative à la lutte contre le piratage maritime dans la Corne est de l'Afrique au sein de l'UE (opération Atalanta), de l'OTAN (OEF : composante maritime de Operation enduring freedom) et dans un cadre national (équipes de protection embarquées sur des bateaux thoniers-seniers de sociétés d'armateurs privés français)

Conclusion

Certes la PDSC ne remet pas en cause le caractère spécifique des politiques de sécurité et de défense de chaque État membre, notamment dans le cadre de l'OTAN dont 22 des 28 pays de l'UE sont membres.

Il est vrai que les 2 pays participent ensemble avec d'autres pays de l'UE à l'opération Atalanta et qu'il faut souligner que dans le cadre de l'intervention contre Daech, l'Allemagne a déployé au sein du groupe aéronaval la frégate « Ausburg » en décembre 2015, opération renouvelée en septembre 2016.

Cependant, force est de constater la nécessité de développer une plus grande coopération entre l'Allemagne et la France en matière de défense commune, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la bande sahélo-saharienne alors que la Bundeswehr ne déploie pas d'unités de contre-insurrection et se limite à des formations de forces armées locales.

Ce constat peut être aussi illustré par le compte-rendu n° 72 de Commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale présidée le mardi 23 juin 2015 par la députée, Madame Patricia Adam, présidente, qui à mis en évidence, non seulement le faible niveau d'interopérabilité de la brigade franco-allemande (BFA) mais aussi l'absence de son intervention (avec ses unités opérationnelles la composant) dans des actions opérationnelles de haute intensité – confer sa composition ci-dessous :

Type d'unités de la BFA

Unité française

Unité allemande

Unité mixte

État-major de la BFA

non

non

Mülheim (Allemagne)

 

État-major du bataillon de commandement de soutien (BCS)

non

non

BCS - compagnie d'état-major de la BFA

non

non

BCS - escadron de commandement et de logistique

non

non

BCS - compagnie d’approvisionnement

non

non

BCS - compagnie de transport

non

non

BCS - compagnie de maintenance

non

Mülheim (Allemagne)

non

1er régiment d'infanterie

Sarrebourg (France)

non

non

Jägerbataillon 291 (infanterie)

non

Illkirch-Graffenstaden (France)

non

Jägerbataillon 292 (infanterie)

non

Donauschingen (Allemagne)

non

3éme régiment de hussards (cavalerie blindée)

Metz (France)

non

non

Artilleriebataillon 295 (artillerie)

non

Stetten am Markt Kalten (Allemagne)

non

Panzerpionierkompanie 550 (génie)

non

non


1Dont un soutien aérien médical prépositionné en Allemagne (41 personnels) STRATAIRMEDICAL.

2« Resolute support » qui a été lancée en janvier 2015 dans le but de poursuivre les activités de formation, de conseil et d’assistance au profit des forces et des institutions de sécurité afghanes.

3Au sein de la KFOR (4.500 personnels fournis par 31 pays dont 8 n’appartenant pas à l'OTAN) dont la mission est d'apporter un soutien politique solide à l'accord entre Belgrade et Pristina en garantissant un climat de paix et de sécurité.

4Allemagne : 783 personnels, États-Unis d'Amérique : environ 600 personnels, Autriche : environ 500 personnels, Turquie : environ 390 personnels, Hongrie : environ 350 personnels...

5« Active Fence » lancée en 2015 et clôturée en 2016 visant à protéger la Turquie d'attaques de missiles balistiques syriens avec le déploiement de systèmes de missiles Patriot avec la participation des États-Unis d'Amérique, des Pays-Bas et de l'Espagne.

6European Union training Mission.

7« Atalanta » opération navale lancée en 2008 dans le Golfe d'Aden et l'Océan indien et EUCAP Nestor lancée en 2012 qui vise à renforcer les capacités maritimes des pays riverains : Kenya, Seychelles, Djibouti, Somalie et Tanzanie.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.