État et collectivités

Trophées des think tanks 2012

2012, année charnière pour les think tanks français

27 septembre 2012 • la Fondation iFRAP

arton12887.png

Depuis deux ans, les Trophées des think tanks français, organisés par l'Observatoire Français des think tanks et Burson-Marsteller i&e valorisent la diversité et la richesse de l'univers de ces acteurs de plus en plus présents dans la vie publique française et dont les travaux dynamisent les courants d'idées actuels. Virginie Thomas, directrice conseil chez Burson-Marsteller i&e, explique la façon dont ont été choisis les lauréats des Trophées 2012, et les évolutions observées parmi les think tanks français.

Comment avez-vous choisi les lauréats des quatre trophées des think tanks ?

La désignation des lauréats des 4 Trophées des think tanks français 2012 s'est faite à l'issue d'un processus qui implique à la fois les think tanks eux-mêmes, des journalistes, les organisateurs des Trophées - Burson-Marsteller i&e et l'OFTT- et un jury d'experts.


Plus précisément, la méthode est spécifique à chaque trophée :
- Le Trophée de la stratégie de communication de l'année résulte d'un travail d'analyse de Burson Marsteller i&e, prenant en compte à la fois les réponses fournies par les think tanks ayant répondu au questionnaire et une étude méthodologique de leur communication, fondée sur l'expertise métier de Burson-Marsteller i&e. Les familles de critères d'évaluation regardés sont la pertinence (concordance entre vocation affichée des organisations/objectifs de communication/stratégie et moyens de communication), la vitalité (fréquence de production des contenus, communication événementielle etc.), la visibilité (présence sur le web et notamment trafic sur le site et réseaux sociaux, retombées médiatiques, etc.) et enfin la création (identité et cohérence des choix graphiques on et off line, accessibilité de l'information, etc.)
- Dans le cas du Trophée des journalistes, ce sont les journalistes eux-mêmes qui désignent le think tank gagnant sur sa notoriété spontanée. Un panel de 80 journalistes, spécialisés en politique, économie et relations internationales, ont été interrogés cette année.
- Le Prix spécial du Jury est un prix “coup de cœur”, désigné par un jury de personnalités qualifiées. Chaque membre du jury a présenté et défendu son coup de cœur en séance. Un vote a ensuite eu lieu et le lauréat de ce prix est le think tank qui a recueilli le plus grand nombre de votes.
- Enfin, pour ce qui concerne le Trophée du think tank de l'année, le choix est celui des think tanks. Dans le questionnaire adressé à ces derniers, 14 questions ont permis de dégager le think tank de l'année, avec pour obligation de ne pas voter pour eux-mêmes. C'est donc une désignation entre pairs.

Cette année, l'iFRAP fait partie des think tanks en tête des classements de 3 trophées sur 4, puisque la Fondation apparait dans le Top 5, aussi bien du Trophée des Journalistes que du Trophée du Think tank de l'année et de celui de la stratégie de communication de l'année.

Avez-vous observé des évolutions parmi les think tanks entre 2011 et 2012 ?

2012, année d'élections, a permis aux think tanks d'accroitre de façon tout à fait notable leur présence dans le débat public et les médias. Sur un plan structurel, cette exposition médiatique s'est accompagnée de la création d'un nombre important de nouvelles structures, souvent spécialisées. Monothématiques ou parfois, régionales. Dans le dossier d'information des Trophées des think tanks français 2012, figure une analyse plus complète des constats 2012. En termes de communication des organisations et du point de vue des spécialistes de Burson-Marsteller i&e, il nous semble que les think tanks ont dans leur ensemble professionnalisé et élargi leur communication. C'est la reconnaissance de la communication comme un levier essentiel pour leur activité et la diffusion de leurs idées. Leur périmètre de communication s'est élargi, tout en gagnant en cohérence : au-delà de l'édition, des séminaires un peu “confidentiels” et d'une influence auprès des leaders d'opinion difficile à mesurer, l'activité vers les médias et sur le web n'a cessé de progresser. Pour beaucoup de think tanks, la communication est devenue une activité inhérente à leur nature.

Parmi les tendances les plus visibles : l'évolution des sites internet, nettement plus ergonomiques, dynamiques et attractifs et un ancrage beaucoup plus fort sur le web social. Ou encore la multiplication des partenariats avec les médias. Ce qui était encore rare en 2011 est devenu un passage obligé. Et ces tendances ne sont pas l'apanage des seuls grands think tanks généralistes.

Cette tendance à plus de professionnalisation en communication se retrouve dans les résultats du Trophée de stratégie de communication, avec un net resserrement des notes finales. Le cas de la Fondation iFRAP, arrivée pour ce Trophée en 3ème position ex-aequo avec l'Institut Thomas More, derrière Terra Nova (lauréat de la précédente édition), vient illustrer ce point. Elle a fortement investi sur ce champ lors de l'année écoulée, avec un usage cohérent des différents formats de communication. En termes de vitalité, de nombreux partenariats médias lui ont permis d'élargir son audience au-delà de ses premiers cercles. Par ailleurs, la Fondation a su rebondir sur le tremplin de visibilité qu'a constitué la période électorale, s'investissant notamment, comme plusieurs autres think tanks, dans une communication autour du chiffrage des programmes. Enfin, sur le web, l'ergonomie du site s'est renforcée et l'usage des réseaux sociaux s'est développé.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.