Emploi et politiques sociales

Suisse : « le chômage au plus haut »… à 3,4% !

19 mars 2009 • Bernard Zimmern

emploi_politiquessociales.jpg

C'est le titre sous lequel, le grand quotidien « Le Temps » (du 10 mars 2009) publie une courbe du chômage et annonce une progression du taux de chômage en février de 0,1% avec 132.400 chômeurs.

Et contrairement aux légendes qui circulent, ce haut niveau de l'emploi n'est pas lié au secret bancaire. Les banques sont loin de constituer le secteur d'emploi dominant.

Avec environ 100.000 emplois, sur un total d'emplois pour l'ensemble suisse d'environ 4 millions, le secteur bancaire est fortement distancé par le secteur MEM, regroupant les machines, les équipements électriques et les métaux qui lui, occupe 300.000 personnes, avec des sociétés célèbres comme Sulzer à Winterthur.

Bien que loin de la mer, Sulzer, fabrique d'énormes diesels pour la marine ; et parmi les plus grosses turbines à vapeur. De même, l'industrie pharmaceutique est connue dans le monde entier par les géants Hoffman-La Roche et Novartis ; le secteur pharmaceutique emploie à lui seul 68.000 personnes.

Au total, le secteur manufacturier représente environ 20% des emplois, proportionnellement beaucoup plus qu'en France où ce pourcentage est tombé en dessous de 15%.

Il est en particulier remarquable de noter que le seul secteur de la machine-outil se situe parmi les plus importants mondiaux, très loin devant la France qui dans ce domaine n'existe presque plus. L'iFRAP lui consacre d'ailleurs son dossier de mai 2009.

Il faut dire que les Suisses ont compris de longue date qu'il faut de l'argent pour créer ou développer des entreprises et des emplois qui créent des emplois. Et c'est pourquoi ils ont accueilli à bras ouverts, non seulement les stars de la chanson ou du sport, mais tous les Français chassés de leur pays par l'ISF, cet impôt anti-riche.

Peut-être pourrions-nous apprendre des Suisses, qui avec un des plus hauts revenus par tête au monde ont aussi l'un des taux de chômage les plus bas, que plus une nation a de riches, plus la paupérisation recule. Mais ne serait-ce pas croire en Alice au pays des merveilles ?

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.