Emploi et politiques sociales

Réindustrialiser la France ?

15 septembre 2010 • l'équipe de la Fondation iFRAP

Bernard Zimmern, président [1] de la Fondation iFRAP, s'interroge sur la possibilité de réindustrialiser la France, dans le numéro d'automne 2010 de la revue Commentaire.


Revue Commentaire, n°131

"Le thème de la réindustrialisation de la France est apparu peu avant les élections présidentielles françaises de 2007. Depuis, il est devenu un thème récurrent des politiques que certains voudraient voir mises en place. Il s'appuie sur une analyse comparative des économies française et allemande, et voudrait expliquer, en particulier, la chute de notre commerce extérieur et les pertes croissantes de notre balance des comptes, par le manque d'entreprises de taille intermédiaire – entre 250 et 5 000 salariés (ETI) – et particulièrement d'ETI tournées vers les fabrications comme celles du Mittelstand allemand.

Cette thèse a pénétré les milieux gouvernementaux et anime un credo largement repris par notre haute administration. Elle a donné lieu à la reconnaissance officielle des ETI et pourrait entraîner d'importantes mesures fiscales et financières pour encourager leur développement."

Lire le début de l'article de Bernard Zimmern :

PDF - 911.9 ko
Peut-on réindustrialiser la France ?, B. Zimmern

Commander le numéro sur le site de Commentaire

[1] En février 2012, Olivier Mitterrand devient Président de la Fondation iFRAP. Bernard Zimmern est aujourd'hui Président d'honneur.

Commentaires

  • Par geneviève-b • Posté le 14/10/2011 à 08:58 … parce que nous ne sommes plus à l’ère industrielle. Nous sommes à l’ère de l’immatériel, et ça change TOUT !
    Nos institutions ont été conçues, dans l’élan des innovations du 19ème siècle, pour permettre à la France de faire éclore sa puissance industrielle.

    La promesse qui mobilisait les énergies était : « le bien être pour tous grâce aux progrès de la science (et de l’industrie) ».
    Depuis, nous sommes passés au 21ème siècle. La promesse devient « l’accomplissement pour tous grâce aux progrès de la démocratie ».

    Nous ne voulons plus produire à tout prix et consommer au grès de nos impulsions. Nous voulons des produits intelligents et respectueux de notre environnement.
    L’innovation n’est plus seulement scientifique. Elle requière beaucoup de talent et de savoir-faire, c'est-à-dire une richesse immatériel.
    Si l’ère industrielle a nécessité de la concentration de ressources humaines et financières, l’ère de l’immatériel nécessite un nouveau paradigme qui amène à repenser notre vivre ensemble.
    L’espace marchand et la forme de finance qu’il a développé n’est plus le centre du monde. Il s’agit à présent d’harmoniser les 5 composantes de notre vie socioéconomique : marchand, régalien, associatif, pré-marchand et familial.

    Une nouvelle approche de la finance et de la démocratie est possible. Ceci est rendu possible par les technologies.
    Un potentiel de rebond incroyable nous attend ...