Emploi et politiques sociales

Martine Aubry et la faillite des emplois-jeunes

Comment conduire les jeunes à l'exclusion

07 avril 2011 • Bernard Zimmern

arton12048.jpg

Martine Aubry, ce n'est pas seulement « la dame des 35 heures » [1], c'est aussi et surtout celle qui a inventé comment exclure les jeunes de la société en les enfermant dans des emplois-bidons. Dont il a fallu gérer la mise en liquidation comme celle de la CGEP (Compagnie de Gestion des Emplois Partagés) qui a mis sur la paille 250 jeunes, non sans que cette liquidation ne s'entoure d'un léger parfum de scandale financier (Voir ci-dessous). En ressortant dans le programme du Parti Socialiste l'idée de lancer 300.000 emplois-jeunes (dénommés emplois d'avenir), Martine Aubry pense-t-elle que les Français ont la mémoire si courte ?

D'une longue enquête que nous avions menée de 1999 à 2001, sur les emplois-jeunes de Martine Aubry [2], rappelons ce « médiateur » de la RATP qui était si content lorsqu'il avait pu orienter 10 passagers du métro dans la journée ; ou ces bac+7 qui avaient trouvé au Palais de justice un emploi comme appariteur d'accueil. Des jeunes relâchés dans la société quelques années plus tard sans aucune formation réelle, ayant seulement été injectés comme des fonctionnaires de seconde ou troisième zone en appoint d'emplois publics déjà surchargés et donc perçus comme des concurrents par les fonctionnaires titulaires car accédant à une sous-fonction publique sans passer par les concours.

PDF - 5.6 Mo
Dossier 77 de l'iFRAP, Chômage des jeunes, décembre 2001

Mais il y a eu mieux : les associations d'insertion créées par la même Martine Aubry consistant à subventionner des associations pour placer des chômeurs… mais en faisant inscrire dans la loi les créant les ETTI (Entreprises de Travail Temporaire d'Insertion) qu'un embauché ne pouvait rester plus d'un mois chez un employeur quelconque. D'où un rapport DARES de décembre 1999 où 220 ETTI avaient placé 34.300 exclus pour un équivalent de 4.050 salariés plein temps [3]. Comment littéralement turbiner la misère pour faire sortir les exclus des statistiques du chômage.

Saura-t-elle une fois de plus abuser les Français avec ce qui fut le summum de la vision énarchique de la société : l'énarque qui fait surgir des emplois par sa seule décision, comme dans les Mamelles de Tirésias, le héros de l'opéra de Poulenc qui accouche de 100.000 enfants par la seule force de sa volonté. Interrogée sur I-télé le 4 avril 2011, elle donnait comme exemple d'emploi-jeune : établir des bilans énergétiques ; probablement parce que c'est à l'Etat de satisfaire un tel besoin. Même si sa satisfaction n'est pas rentable. Ou si la création de ces emplois-jeunes vient concurrencer et détruire des emplois légitimes.


Martine Aubry lors du forum « 2012 génération changement » du MJS

Pour aider Martine Aubry, suggérons- lui toute une série de produits ou de services qui correspondent à des besoins non encore satisfaits : le vélo à décollage vertical qui permet de se rendre à son bureau sans passer par des rues encombrées, la banque à domicile qui vous permet d'imprimer des billets par internet sans avoir à se déplacer, le scooter de l'eau qui permet d'aller en plongée, la construction à la porte de Paris d'une colline qui permette aux skieurs de s'entraîner l'hiver sans avoir à encombrer les trains et ajouter leur trace carbone dans le TGV.

A la décharge de Martine Aubry, la droite n'a pas su beaucoup mieux faire. L'actuel Président a bien essayé avec l'ISF-TEPA de combler le trou de financement des créations d'entreprise qui fait que toute la haute administration et tous les politiques invoquent la toute puissance créatrice de l'innovation mais sans comprendre que cette puissance tutélaire ne descend sur terre que lorsqu'on met à la disposition de ses adorateurs des fonds suffisants pour créer des entreprises viables.

PDF - 1.4 Mo
Les Profiteurs de l'Etat, extrait sur les emplois-jeunes

Ce qui implique fâcheusement pour Martine Aubry d'impliquer les riches ; car seuls les individus sont capables de sélectionner efficacement les projets d'entreprises : le capital-investissement a compris depuis longtemps que ce n'était pas son rôle, qu'il ne pouvait valablement investir qu'en développement d'entreprises déjà en fonctionnement, pas, sauf exception, en amorçage. Et que l'Etat est encore moins capable d'être efficace, sauf en complément de l'investisseur privé.

Avec un tel programme, si Martine Aubry triomphe en 2012, la droite est assurée que le Parti Socialiste ne résoudra pas le problème du chômage et qu'elle reviendra au pouvoir (pour préparer l'alternance suivante ?).

La Compagnie de Gestion des Emplois Partagés

Cette association avait été créée à l'initiative de Martine Aubry pour gérer les emplois-jeunes de la SNCF et de la RATP, des emplois subventionnés par l'État à hauteur de 15.000 € par emploi et par an au titre des emplois-jeunes. Elle a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de grande instance de Paris le 30 janvier 2004 suite à une déclaration de cessation de paiement par le conseil d'administration de cette association le 16 janvier. Cela a eu pour conséquence le licenciement immédiat de 250 jeunes sans compter la trentaine de salariés permanents, avec un passif de 7,6 millions d'euros.

D'après un article du Parisien du 27/2/2005, signé Christophe Dubois, ce dépôt de bilan n'a pas eu lieu seulement parce qu'une idée généreuse avait été mise à mal mais, parce que profitant de l' argent public et du manque de contrôle généralisé, un certain nombre d'intérêts très privés se seraient servis. Le Comité d'entreprise de la CGEP aurait ainsi dénoncé un « système de sous-facturation permanente au profit de la RATP », « la production de faux bilans comptables » et « des emplois fictifs de complaisance » dont un adjoint au maire PS de Paris, les « abus de notes de frais » avec des notes d'hôtel à 1.200 francs la nuit et les voyages TGV en première classe. Sans compter « des primes de départ conséquentes accordées à des cadres qui ont fait des passages éphémères ».

Ce serait la RATP qui aurait fait les avances de trésorerie pour renflouer les caisses.

[1] La Dame des 35 heures par Philippe Alexandre et Béatrice de l'Aulnoit, Robert Laffont, 2002.

[2] Voir pdf joint reprenant les publications de l'iFRAP de la période 2000 sur emplois-jeunes.

[3] Les Fabricants de Chômage, Bernard Zimmern, Plon, 2002.

Commentaires

  • Par ardian17 • Posté le 18/04/2011 à 22:38 vision minimaliste des emplois jeunes.

    en ce qui concerne les 35h; ça fonctionne très bien dans les pays scandinaves et autres.martine aubry n'est pas madame 35h, elle les a mis en musique, mais le créateur des 35h , c'est dsk.
  • Par Kamaju • Posté le 11/04/2011 à 13:02 Une catastrophe nationale, cette pauvre Martine; les 35 heures ont mis la France à genoux.

    Pas un mot sur la baisse des dépenses publiques; ces gens là n'ont jamais su compter, ils ne changeront pas; ils sont capables d'augmenter les dépenses alors que nous sommes en faillite...! ? génial...! il faut que les Français comprennent une bonne fois pour toute..!

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.