Emploi et politiques sociales

La situation du tourisme dans les DOM

Entretien avec Henri Giscard d'Estaing, P-DG du Club Med

31 mai 2009 • Agnès Verdier-Molinié

arton11721.jpg

Près de cinquante jours de crise économique dans les DOM ont déchiré la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion en 2009 et ont braqué le feu des projecteurs sur nos départements d'outre-mer. Entretien avec Henri Giscard d'Estaing, P-DG du Club Med, sur la situation du tourisme dans les DOM.

Le village du Club Med de Guadeloupe, La Caravelle, a été fermé
pendant les grèves. L'activité a-t-elle pu reprendre aujourd'hui ?

Le village Club Med La Caravelle n'a pas rouvert ses portes à ce jour, compte tenu du faible niveau des réservations et de l'absence de
visibilité sur la demande touristique aujourd'hui.

Quel est le bilan en termes de coût de cette grève pour le Club Med et ceux qui y travaillent ?

En termes de coût, nous ferons le point lors de la présentation de nos résultats semestriels, à la mi-juin.

Pour ce qui est de nos salariés locaux, nous souhaitons mettre à profit la période de fermeture pour repenser complètement l'organisation du travail sur place. D'ailleurs, nous avons commencé les négociations avec
les partenaires sociaux du village.

Le village de la Martinique, Les Boucaniers, a, quant à lui, pu rester ouvert malgré les événements. Avez-vous pu accueillir vos clients en Martinique dans des conditions optimales ? La fréquentation a-t-elle été « normale » malgré la crise des DOM ?

Notre village des Boucaniers n'a pas subi les effets de la grève en Guadeloupe et a fonctionné tout à fait normalement.

Quel est le taux d'occupation actuel ou prévu dans les prochains mois de ces deux villages ?

Notre village des Boucaniers a un taux de remplissage de plus de 60% pour l'été. Mais il faut noter que ce n'est pas la meilleure période pour se rendre aux Antilles (basse saison).

Il semble que nos DOM ne soient pas les meilleurs « écosystèmes » pour développer des entreprises créatrices d'emplois et de richesses. Que faudrait-il, selon vous, changer au système (économique, fiscal, social…) pour que cela évolue ?

Il est important aujourd'hui de miser sur un programme massif de formation auprès des employés du secteur de tourisme et de sensibiliser l'ensemble de la population pour améliorer l'accueil de la clientèle au quotidien.

Pour notre part, lors de la fermeture en 2006 de notre village de La Caravelle pour rénovation, nous avons réalisé un plan de formation de 3,6 millions d'euros. Ce plan a été très bien perçu par l'ensemble du personnel et nous avons pu constater de réels progrès dans la qualité de service.

La compétition touristique est mondiale. Nombre de touristes, y compris de métropole, affirment maintenant préférer passer leurs vacances dans des territoires où la population les accueille mieux, où les aéroports ne sont pas en grève, etc. Pensez-vous que cela puisse se rétablir ?

Ce conflit risque, hélas, d'avoir des conséquences pour les années à venir et l'attractivité de la destination risque d'en souffrir. Notre objectif est de bien préparer la saison hiver 2009-2010.

Si jamais ces événements venaient à se renouveler, penseriez-vous à transférer vos villages dans d'autres territoires de la région ?

Ce n'est pas d'actualité. Le Club Med est très attaché aux Antilles françaises. Nous y sommes implantés depuis plus de trente ans. Nous avons d'ailleurs beaucoup investi pour les deux villages que nous exploitons, tant au niveau patrimoine (passage en 4 tridents) qu'humain (formation des équipes locales). Tous ces investissements contribuaient à faire, notamment de la Guadeloupe, une des destinations phare pour le Club Med, avant les événements.

Le choix du Club d'être implanté à l'île Maurice et non à la Réunion est-il lié à une meilleure image touristique de l'île Maurice ?

Pas du tout. Sur ces deux destinations, nous avons une offre commerciale complètement différente afin de répondre aux attentes de nos clients : à l'île Maurice, nous y exploitons deux villages - La Pointe aux Canonniers (4 tridents) et la Plantation d'Albion Club Med (5 tridents). À la Réunion, nous organisons deux circuits Club Med Découverte.

Cet interview date de juin 2009

Ci-dessous un article plus récent :

DOM : les conséquences du « oui » à la collectivité unique en Guyane et en Martinique (janvier 2010)

Commentaires

  • Par marsav44 • Posté le 14/08/2010 à 11:39 Il faut bien dire ce qui est la réalité : La mentalité des Guadeloupéens vis-à-vis des touristes, et le niveau élevé des prix nous a découragés depuis bien longtemps de retourner en Guadeloupe (après 2 séjours).

    Depuis nous sommes allés 8 fois en Rep Dominicaine où le touriste est bien considéré et où les prix sont abordables.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.