Emploi et politiques sociales

La nationalisation de la Santé aux USA glissée dans le plan de relance de 780 milliards

19 février 2009 • Bernard Zimmern

emploi_politiquessociales.jpg

Certains se demandaient si la nouvelle administration allait introduire un changement radical dans la société américaine.

Bien qu'il soit un peu tôt pour conclure, le plan conçu par Daschle, l'ancien sénateur et leader démocrate du Sénat, battu aux élections mais nommé par Obama pour être son czar santé et qui a dû renoncer pour non déclaration de revenus, apporte un début de réponse.

Profitant de l'urgence, Daschle a fait injecter dans le plan d'urgence des dispositions qui préparent une nationalisation de facto de la santé américaine et réussissent à mettre en place ce qu'Hillary et Bill Clinton n'avaient pas réussi à faire il y a 14 ans.

Le plan prévoit de mettre en place une administration le « National Coordinator of Health Information Technology » qui va répertorier tous les traitements médicaux de tous les citoyens et s'assurer que votre médecin suit les directives de l'administration afin de réduire les coûts et améliorer l'efficacité. Les médecins qui n'utiliseront pas de façon appropriée le système seront pénalisés.

Qui définira cette « façon appropriée » (« meaningful users ») ? Le Secrétaire d'Etat à la Santé appuyé sur un conseil formé d'experts le « Federal Coordinating Council for Comparative Effectiveness Research ».

Daschle a écrit un livre où il explique que l'objectif est de ralentir l'usage de nouveaux médicaments et traitements expérimentaux. En particulier, il suggère d'utiliser une méthode de sélection qui tienne compte des années restant à vivre, suivant un modèle utilisé en Grande-Bretagne (qui aurait conduit à ne pas traiter la dégénération maculaire des patients âgés tant qu'un œil n'aurait pas été perdu ; mesure abandonnée après 3 années de protestations massives).

Ce dispositif sera célébré par tous ceux qui pensent que l'avenir de la Sécurité Sociale est dans un contrôle plus étroit de l'Etat. Les résultats de l'exemple français devraient faire réfléchir et se demander si un système de santé coûtant certes plus cher (15% du PIB) mais où près de la moitié est libre, seulement 8% distribué par l'Etat, ne concilie pas le filet de sécurité pour les plus pauvres avec la liberté d'acheter de la santé non remboursée, pour les plus riches qui permet les progrès techniques. Santé à deux vitesses ?

Elle l'est de toutes manières dans un dispositif contraint comme ceux en usage en Europe, où c'est celui qui a l'argent ou les relations qui est le mieux soigné.

Cacher le plan de nationalisation de la santé dans la loi de stimulus a été intentionnel : Daschle avait écrit il y a un an que le prochain président (démocrate) devait agir rapidement avant que les opposants puissent monter une opposition et attacher le plan au budget fédéral car « cet enjeu est trop important pour être paralysé par le protocole [filibuster NDLR] du Sénat ». Une leçon exemplaire de démocratie …

Commentaires

  • Par Bernard Zimmern • Posté le 20/02/2009 à 06:50 Y avez-vous vécu ? Savez-vous par exemple que sur les 47 millions d'Américains sans assurance santé, seuls 5 millions le sont encore au bout de 18 mois ? Et l'assurance santé coûte deux fois moins cher pour les entreprises que chez nous.
    Alors ? Des charges sociales impossibles et du chômage ou des charges sociales supportables mais qui engagent la responsabilité de l'assuré ?
    J'ajoute que tous les enfants sont couverts par Medicaid et que toute personne sans assurance peut se faire soigner à l'hôpital de canton.
    Y avez-vous été ou croyez-vous simplement la propagande?
  • Par Sceptique • Posté le 20/02/2009 à 06:50 Le problème des États-Unis n'est pas la qualité des soins, mais son accessibilité par les pauvres et les classes moyennes. La prise en charge des soins, financée par les employeurs par l'intermédiaire d'assurances privées, est limitée et instable. Elle est interrompue en cas de chômage, ce qui est massivement le cas aujourd'hui.
    Le système américain serait intolérable dans notre pays.
  • Par Chris • Posté le 20/02/2009 à 03:29 Filibuster n'est pas un "protocole" mais plutôt une action d'obstruction.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.