Emploi et politiques sociales

Grands stades et équipements sportifs : la bataille au Parlement continue

15 juin 2009 • Sandrine Gorreri

emploi_politiquessociales.jpg

A l'occasion de la discussion sur le projet de loi de développement et de modernisation des services touristiques, la question de l'opportunité des investissements publics en faveur des grands stades et des équipements sportifs est à nouveau débattue.

Dans le cadre de ce projet de loi, un amendement gouvernemental a été déposé pour « conférer le caractère d'intérêt général aux grandes enceintes sportives et permettre aux collectivités de concourir à la réalisation des équipements et dessertes de tels projets ». Cet amendement vient d'être adopté en commission des Affaires économiques à l'Assemblée nationale.

Cependant, Michel Vergnaud, animateur de l'association CANOL – Contribuables Actifs du Nord-Ouest Lyonnais - nous a rapidement alertés sur les implications de cet amendement qui, en déclarant d'intérêt général les grands stades et autres équipements sportifs, permettra de rendre possible les expropriations et le financement public des structures nécessaires à l'implantation de complexes privés.

Cet amendement, comme le rappelle Michel Vergnaud, reprend les termes d'un amendement déposé au Sénat par M. Mercier, président du Conseil général du Rhône, dans le cadre du plan de relance en janvier dernier, et qui avait finalement été refusé en commission mixte paritaire. L'association CANOL nous avait expliqué pourquoi elle s'était opposée à l'adoption de cet amendement qui aurait favorisé le financement par la collectivité du projet de grand stade avec complexe commercial voulu à Décines par l'Olympique Lyonnais avec un coût estimé à 250 millions d'euros d'aménagement des infrastructures, alors qu'une extension du stade actuel semblait possible.

Dans le rapport parlementaire sur le projet de loi tourisme, le gouvernement justifie la mesure par la candidature de la France à l'organisation de l'Euro 2016 et la nécessité de hisser nos équipements au niveau des standards internationaux. Une telle candidature pourrait donc se révéler lourde d'investissements publics et comme le rappelle CANOL citant les rapports publics produits dans le cadre de ce dossier : « Financer un équipement aussi coûteux qu'un stade, c'est aussi consentir à ne pas réaliser d'autres projets d'utilité publique ».

Lire le dossier très complet réalisé par l'association CANOL sur le projet de Grand Stade OL Land.

Commentaires

  • Par Gautama • Posté le 18/06/2009 à 12:09 Bien sûr que les collectivités publiques subventionnent tous azimuts tous ces projets "sportifs", tout ça sur le dos du contribuable. Et il n'y a pas que les projets sportifs... Il suffit de regarder quels sont les opérateurs de logements sociaux !!! On subventionne avec notre argent des sociétés qui constituent des patrimoines immobiliers colossaux et en plus les loyers sont garantis par les paiements des allocations logements et autres. L'Etat ne conserve même pas le sol comme dans d'autres pays. Regardez dans le détail qui sont les acteurs du système (SA, actionnaires, administrateurs...)

    La crise financière devrait freiner tout ce beau monde mais j'en doute car les politiques sont incompétents en matière économique et sont hyperprotégés.
  • Par VIGNELLO • Posté le 17/06/2009 à 06:58 Le type même du gaspillage public ! Financer des stades pour le bonheur de quelques uns et le malheur de tous, c'est scandaleux et la preuve que l'Etat sort de son devoir régalien. De plus, certains sports et le foot en particulier est une des causes de la hausse des prix par le coût inadmissible des PUB qui obère le pouvoir d'achat.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.