Emploi et politiques sociales

Colloque "Allons chercher la croissance"

Les entrepreneurs sont notre avenir

22 février 2008 • Agnès Verdier-Molinié

arton83.jpg

« Un pays sans entrepreneurs est un pays sans chance », c'est ainsi que le secrétaire d'Etat chargé des entreprises et du Commerce extérieur, Hervé Novelli, a réagi devant un parterre de près de 300 chefs d'entreprises, business angels et dirigeants, aux conclusions du colloque organisé conjointement par l'iFRAP et la Fondation Concorde, à Bercy, le 22 février 2008, sur le thème Allons chercher la croissance, les entrepreneurs sont notre avenir.

Pendant près de quatre heures, les représentants de l'iFRAP et de Concorde et leurs invités, issus pour la plupart de la société civile, ont analysé les difficultés françaises à créer de la croissance et à mettre au cœur des réformes la création d'entreprises.

La première table ronde du colloque, sur le thème Une fiscalité pour créer des emplois et faire des réformes afin de relancer le dynamisme économique français et créer 7 millions d'emplois privés d'ici à 2012. Yseulyse Costes, fondatrice de 1000Merci, a introduit cette réflexion par un rappel : l'innovation est à l'origine de la création de valeurs par les entrepreneurs en revanche, se cantonner à la seule innovation technologique est une erreur. L'innovation peut être partout : dans le marketing, dans le management, dans la découverte de nouveaux services, dans la création de nouveau produits.

-I. Introduction au dossier

Par Yseulys COSTES, PDG de 1000Mercis

Sandrine Gorreri et Bernard Zimmern, représentant l'iFRAP ont ensuite rappelé que les entreprises françaises ne grandissent pas à cause de conditions spécifiques à notre fiscalité. En effet le système fiscal français ne favorise pas la prise de risque des investisseurs et ne permet pas aux projets de création d'entreprises les plus innovants d'émerger. La loi TEPA, avancée en la matière, car elle permet de défiscaliser une partie de l'ISF en investissant dans les PME, laisse pour le moment les experts tels que Guy Roulin, avocat fiscaliste chez Fidal, dans l'expectative. Tant que la Commission européenne n'aura pas clarifié les règles de fonctionnement de défiscalisation de l'ISF dans la création d'entreprises, « Ce dispositif se fait, pour le moment, plus au profit des chercheurs de niches fiscales que des entreprises » a rappelé cet expert.

-II. 1 Introduction

Par Bernard ZIMMERN, Président de l'IFRAP

II.2 Le point sur la fiscalité actuelle

Par Guy ROULIN, Avocat associé au cabinet Fidal

II.3 Quel véritable lien entre investissement et emploi ?

Par Sandrine GORRERI, Responsable des Études statistiques de l'IFRAP

Nicolas Fritz, Directeur de France Angels, a montré que la France accuse un retard conséquent en matière d'investisseurs providentiels en comparaison avec la Grande-Bretagne. Au final, cela se traduit par un moins grand nombre de projets financés et des montants d'investissements moins importants. La France est ainsi loin derrière l'Angleterre, avec 2 milliards d'euros seulement investis chaque année dans la création d'entreprises contre 10 milliards en Grande-Bretagne. Moins d'argent dans moins de projets, c'est évidemment moins d'entreprises à fort potentiel de croissance. Copier le modèle anglais, serait s'inspirer de la philosophie animant les politiques anglaises. Comme le relève Gérard Tardy du Cercle d'Outre-manche : « les avantages fiscaux, en Angleterre, sont vus comme une juste compensation du risque ». Grâce à cette vision pragmatique, le système anglais de l'EIS conduit ainsi les Business Angels à investir autant que tous les institutionnels français.

-III.1 Quel véritable lien entre investissement et emploi ?

Par Nicolas FRITZ, Directeur de France Angels

-III.2 Les mesures fiscales efficaces : l'exemple britannique

Par Gérard TARDY, Directeur de Noble Fund Managers Limited.

-III.3 Conclusion et synthèse « Une fiscalité pour chercher des emplois »

Par Bernard ZIMMERN, Président de l'iFRAP et Philippe BERTIN, Président-associé d'Equitis, Vice-Président de la Fondation Concorde.

Le secrétaire d'Etat aux PME Hervé Novelli a montré qu'il était sensible au message de l'iFRAP et de la Fondation Concorde : « Il faut redonner aux femmes et aux hommes désireux d'entreprendre le goût de le faire. Il faut qu'ils réussissent aujourd'hui dans notre pays, pour créer les emplois de demain. » Les propositions de réformes de l'iFRAP et de la Fondation Concorde ont été exposées et entendues par le Ministre Hervé Novelli et le Député de Hauts-de-Seine, Frédéric Lefebvre.

-IV.1 Discours de clôture d'Hervé NOVELLI

Secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi, chargé des Entreprises et du Commerce extérieur

-IV.2 Discours de clôture de Frédéric LEFEBVRE

Député des Hauts-de-Seine

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.