Emploi et politiques sociales

Changer le régime des intermittents

14 février 2014 • l'équipe de la Fondation iFRAP

arton13940.jpg

507 heures travaillées sur 10 mois (soit 3 mois à 40 heures par semaine) : voilà ce que doivent accomplir les quelque 109 000 intermittents du spectacle pour toucher les indemnités chômage. Un système unique au monde. L'allocation est versée aux intermittents lorsque ceux-ci travaillent. Elle se cumule avec leur revenu sans être plafonnée. Une générosité expliquée par le caractère discontinu de leur activité mais excessive comparée à la situation des intérimaires, soumis à une précarité tout aussi grande sans bénéficier des mêmes avantages. En 2011, le montant des allocations des intermittents s'élevait à 1,2 milliard d'euros pour 239 millions de cotisations. Soit plus d'un milliard de déficit annuel, c'est-à-dire « un tiers du déficit total de l'assurance-chômage, alors que les intermittents ne constituent que 3 % des demandeurs d'emploi », comme le rappelle la Cour des comptes. L'alignement du régime des intermittents sur celui de l'interim entraînerait une économie de 320 millions d'euros par an.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.