Emploi et politiques sociales

Aide médicale d'État : réduire les prestations aux soins essentiels

27 mars 2014 • l'équipe de la Fondation iFRAP

arton14032.png

Instituée en 2001 et destinée en priorité aux personnes en situation irrégulière, l'aide médicale d'État (AME) permet une couverture à 100 % des prestations de santé. L'AME se justifie pour des motifs humanitaires mais devrait se limiter aux soins urgents, comme c'est le cas dans les autres pays européens. Aux Pays-Bas et en Belgique, le dispositif en vigueur ne donne droit qu'aux soins essentiels et urgents. En France, au contraire, l'AME assure des avantages supérieurs à ceux des nationaux et des étrangers en situation régulière. Ceux-ci payent leurs cotisations et ne sont pas couverts à 100 %. De surcroît, le gouvernement Ayrault a supprimé le forfait de 30 euros introduit en 2011 par la droite. En 2013, un rapport parlementaire a souligné le coût de l'AME, qui a crû de 16,4 % en un an et atteint 818 millions d'euros. Plus de 264 000 personnes bénéficient de ce dispositif actuellement. Le rapport souligne le manque de contrôle de l'AME dont les surcoûts sont automatiquement pris en charge. Limiter l'AME aux soins essentiels et urgents permettrait de réaliser une économie de 400 millions d'euros par an.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.