Emploi et politiques sociales

Accidents de caténaires et relations RFF / SNCF

Quand les sous-traitants du sous-traitant se rebiffent

06 octobre 2008 • Philippe François

arton853.jpg

Les récents problèmes de caténaires permettent de mieux comprendre le fonctionnement du système liant la SNCF et RFF (réseau ferré de France) :

  1. Eté 2008, des accidents de caténaires se multiplient : très précisément des pantographes de trains arrachent des fils d'alimentation électrique des caténaires. SNCF étant propriétaire des pantographes et Réseau Ferré de France (RFF) des caténaires. A qui la faute ?
  2. RFF estime que seuls 1/3 des problèmes proviennent des caténaires, "un certain nombre venant de comportements professionnels ou de modes opérationnels, relèvent plutôt de la formation, du management ou des règles d'exploitation" de la SNCF.
  3. La SNCF entreprend une revue générale des caténaires (qui ne lui appartiennent pas) et conclut que RFF doit lui commander, sur 4 ans, 400 M € de travaux de rénovation, en plus des 150 à 200 M € annuels d'entretien.

On n'avait pas compris qu'en annonçant cet été "Nous n'allons pas lésiner sur les moyens", Guillaume Pepy, PDG de la SNCF, parlait des moyens d'une autre entreprise (RFF), pas de ceux de la SNCF.

Pour entretenir ou rénover ses infrastructures (voies, caténaires, signalisations et aiguillages) RFF n'a pas le choix : il doit faire appel à la SNCF. Par contre, la SNCF fait régulièrement appel aux sous-traitants de son choix. Et ces sous-sous-traitants se sont pour une fois exprimés. "Il est clair que la SNCF se prend une commission", "Il serait intéressant que la SNCF explique ce que la SNCF facture comme études". Et RFF : "Il est certain que la SNCF devra revoir à la baisse ses coûts pour la maîtrise d'ouvrage". (Le Figaro du 1/10.2008)

Cette cascade (RFF-SNCF-Sous-traitants) n'a aucune justification économique et génère des frustrations à tous les niveaux : RFF estime que la SNCF est trop chère et les sous-traitants que la SNCF vit à leurs dépens. La SNCF estime sans doute qu'elle est incomprise.

Dans tous les domaines, la tendance est à supprimer les intermédiaires inutiles. Pourquoi ne pas laisser RFF lancer lui-même ses appels d'offre pour l'entretien de ses infrastructures ?

Commentaires

  • Par pbabel • Posté le 10/10/2008 à 21:17 J'ai le souvenir de la construction d'un passage à niveau (voie unique 3 trains par semaine) dans une zone industrielle en construction. Obligation a été faite à la collectivité de passer par la SNCF (avec un devis double de celui fait par l'adjudicataire de la ZI) Il n'a pas été possible de déroger à l'obligation et au coût imposé par la SNCF , le contribuable a réglé la plus value.....
  • Par PRC • Posté le 08/10/2008 à 18:11 Intéressant. La confusion de la responsabilité dans l'Etat (sous-entendue républicaine) s'amplifie : ici SNCF ou RFF ? jusqu'à devenir l'irresponsabilité. Que conclure aussi des accidents à répétition aux passages à niveau ? Le système étatique joue aux dés avec la vie et les dépenses.

    PRC
  • Par YLZ • Posté le 08/10/2008 à 11:24 Que je sache, la SNCF et RFF ont un actionnaire majoritaire commun.

    Qu'attend cet actionnaire pour mettre de l'ordre dans cet imbroglio qui coûte cher?

    Une fois de plus nous constatons que l'ETAT ACTIONNAIRE n'est pas à la hauteur.

    Il n'impose pas aux directions des sociétés qu'il contrôle les mesures simples et de bon sens que prendrait n'importe quel actionnaire privé.
  • Par MAJO • Posté le 08/10/2008 à 10:38 Une fois de plus l'Etat a créé un étage de gestion supplémentaire

    qui mène aux aberrations actuelles.

    Il fallait peut-être placer quelques copains... Honni soit qui mal y pense !!

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.