Éducation et culture

Primaire de la droite : ce qu’ils proposent en matière d’Education

08 novembre 2016 • l'équipe de la Fondation iFRAP

educ.jpg

Les questions d'éducation sont toujours au coeur des programmes. Plus d'autonomie dans la gestion des effectifs et des bugdets pour les établissements, c'est ce que proposent presque tous les candidats avec plus ou moins de détails. En contrepartie, ils veulent recentrer le ministère de l'Education nationale sur un rôle de supervision et d'édiction des programmes. Et pour les enseignants ? Les candidats proposent une certaine revalorisation salariale à la condition de la lier, soit à une augmentation du temps de travail, soit à des évaluations et au mérite. A noter : Alain Juppé est le seul à expliquer vouloir geler le budget de l'Education en valeur alors que Bruno Le Maire propose une refonte du statut des enseignants en un corps unique dans une proposition très détaillée.

Les propositions de Jean François Copé             

Pour les établissements : Mettre en place l’autonomie progressive, par académie, avec un système d’évaluation des établissements par une agence indépendante et une contractualiser des relations entre établissements autonomes et les rectorats sur la base d’un contrat d’objectifs dans lequel seront fixés les moyens alloués par l’Education nationale à chaque établissement.

Sur le collège unique : suppresion pour passer au "collège commun" pour favoriser l’insertion professionnelle.

Pour les enseignants : une revalorisation salariale mise en œuvre par les rectorats et les établissements dans le cadre de l’autonomie.

Pour l'enseigement privé : supprimant le quota de 20% de moyens alloués aux établissements sous contrat et en créant une nouvelle catégorie d’établissements, les écoles à charte. Il s’agira d’écoles libres qui décideront de signer une charge d’objectifs avec l’Etat et qui, en échange de la réalisation de leurs objectifs, recevraient des financements publics.

Les propositions de François Fillon       

Pour les établissements : Que les directeurs d’école et les chefs d’établissement disposent de réels pouvoirs de décision dans l’établissement et pour la promotion des enseignants mais aussi plus pouvoirs de décision notamment sur le recrutement de tous les personnels, la définition de l’usage des heures et des crédits, la clarification des règles et des sanctions disciplinaires.

Pour les enseignants : Mieux maitriser la hausse des effectifs de l’Education nationale et accroître le temps de présence des enseignants dans les établissements pour accompagner les élèves. Favoriser la bivalence des enseignants dans les deux premières années du collège. Revaloriser le salaire des enseignants en fonction du mérite. Moduler la charge de l’enseignement en fonction de l’ancienneté (un peu moindre en début de carrière pour préparer les cours, et un peu moindre en fin de carrière pour faire une sorte de tutorat sur les élèves en ayant besoin ou de conseil aux jeunes enseignants).

Les propositions d’Alain Juppé               

Sur le budget général : Geler le budget de l’Éducation nationale à son niveau actuel, soit 65 milliards d’euros.

Pour les établissements : Donner plus d’autonomie aux établissements et à leurs chefs, notamment dans le cadre des recrutements et de l’utilisation de la dotation globale.

Pour les enseignants : Augmenter de 10%, dès 2017, les salaires des enseignants du premier degré. En contrepartie : renforcer la présence des enseignants dans l’établissement (pour corriger les copies et recevoir les élèves et leurs parents). Elargir les opportunités d’affectation et de carrière des enseignants dans le cadre d’établissements plus autonomes dirigés par un chef.

Les propositions de Nathalie Kosciusko-Morizet     

Pour les établissements : Des établissements gérés de façon autonome par un chef d’établissement responsable, en mesure d’effectuer ses recrutements librement et d’évaluer ses professeurs.

Sur le collège unique : Maintien.

Pour les enseignants : Valoriser les efforts des professeurs et des maîtres, s’ils se forment, s’ils innovent, s’ils expérimentent, s’ils investissent plus de temps, ils doivent être récompensés.

Les propositions de Bruno Le Maire     

Pour les établissements : Donner à l’échelon local un pouvoir renforcé en matière de recrutement et de mobilité comme ce qui se pratique dans les établissements privés sous contrat.

Sur l'inspection : Création d’un corps unique d’encadrement. Ce corps regroupera les chefs d’établissements, les inspecteurs et les recteurs ainsi que les principaux responsables de l’administration du ministère de l’éducation nationale.

Sur le collège unique : Suppression pour laisser la place à un collège diversifié.

Pour les enseignants : Création d'un corps de professeurs unique, de la scolarité obligatoire. Le temps de travail sera décomposé en heures de cours hebdomadaires et en temps annualise afin de rémunérer justement les activités des professeurs en dehors de leurs classes. Recrutement de nouveaux professeurs titulaires avec un temps de travail redéfini, non plus en fonction du corps, mais du niveau d’enseignement (école, collège, lycée) : à l’école, les professeurs devront enseigner 26h par semaine + 36h annualisées (concertation, réunions, formation). Au collège, les professeurs enseigneront 20h par semaine et devront 144h annualisées pour la vie de l’établissement (études dirigées, sorties pédagogiques, responsabilités d’encadrement, travail en petits groupes, conseil d’administration). Au lycée, les professeurs devront 18h de cours minimum et 144h annualisées (travail en petits groupes, soutien, approfondissement, sorties pédagogiques, responsabilités d’encadrement, conseil d’administration).

Les propositions de Jean-Frédéric Poisson       

Pour les établissements : L'autonomie de gestion est donnée aux établissements d'enseignement de la maternelle au secondaire.

Pour l'enseignement privé : Relèvement du ratio privé / public.Faciliter l'installation des écoles hors contrat, en particulier dans les zones d'urgence éducative.

Les propositions de Nicolas Sarkozy     

Sur la décentralisation : La région académique doit devenir le centre de gravité des décisions en matière éducative, en accordant aux Recteurs de larges pouvoirs déconcentrés pour rapprocher la prise de décision des réalités, tout en rapprochant la carte académique des nouvelles régions administratives. Regrouper les classes d’écoles primaires au niveau de l'intercommunalité.

Pour les établissements : Au niveau du primaire, les directeurs d’école doivent avoir l’autorité nécessaire pour piloter leur établissement, ou les futurs établissements du premier degré (EPEP ou école fondamentale). 

Pour les enseignants : Augmenter le temps de travail des enseignants du secondaire, dans les lycées et collèges, de 25% avec une augmentation de salaire de 20%.  Valoriser la carrière de ceux qui sont nommés dans des zones difficiles pour encourager les volontaires et les meilleurs à y exercer.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.