Éducation et culture

Imagine, le monde sans carte scolaire

04 novembre 2006 • Philippe François

education_culture.jpg

Douze millions d'élèves qui posent leur candidature à Louis-le-Grand, c'est le cauchemar qui paralyse le cerveau de nos responsables depuis 30 ans. Mais c'est exactement l'opposé qui se produira quand la sectorisation aura été supprimée, et que les parents pourront inscrire leurs enfants dans l'établissement scolaire autonome de leur choix.

Il y aura des écoles bilingues où la moitié des cours seront enseignés dans une langue étrangère, des écoles ouvertes de type Freinet, des écoles méthode Montessori, des écoles "comme dans le temps", des écoles mixtes, des écoles de garçons, des écoles de filles, des pensionnats, des écoles avec moitié moins de vacances scolaires, des écoles où le sport sera très important (et pas seulement pour les futurs champions du Sport Etude), d'autres où ce seront les activités artistiques ou manuelles, des écoles où les élèves évolueront suivant leurs niveaux dans chaque matière et non en bloc par année, des écoles Charpak où la physique sera découverte comme le prix Nobel l'a proposé, d'autres où elle sera enseignée de façon abstraite, des écoles où le travail des enseignants en équipe pédagogique sera essentiel, d'autres où leur autonomie restera totale, des écoles où une langue étrangère sera vraiment pratiquée dès la maternelle d'autres pas, des écoles où on apprendra à lire avec la méthode globale, d'autres avec la syllabique, des écoles où un uniforme sera imposé, d'autres où les tenues seront libres, des écoles où les parents auront un rôle central, d'autres où les parents resteront à l'extérieur, des écoles où les ordinateurs et les machines à enseigner seront utilisés au maximum (les enseignants consacrant plus de temps au suivi personnalisé), des écoles où les enseignants seront présents 39 heures, d'autres 15 ou 18 heures, des écoles où le même professeur enseignera les maths et la physique, le français et l'histoire ou le sport et les sciences naturelles, et d'autres où chacun gardera sa spécialité.

Et il ne s'agit là que des modèles d'écoles les plus simples à imaginer et dont la plupart existent à l'étranger. C'est à une véritable floraison de l'offre et de la demande qu'on assistera.

Pour les parents la situation sera plus complexe, il faudra choisir. Mais est-il anormal qu'ils décident du type d'enseignement et d'éducation qu'ils veulent pour leurs enfants ? Pour les élèves, une offre d'enseignement variée a plus de chances de correspondre aux goûts et capacités de chacun. Ayant participé au choix de leur établissement, parents et enfants seront plus motivés. Aujourd'hui, face à une offre d'enseignement théoriquement identique dans tous les établissements, le seul critère est le niveau de qualité, d'excellent à très mauvais. Il est alors logique de rechercher l'excellent. Demain, les critères de choix seront beaucoup plus nombreux et plus ciblés. Loin d'embouteiller Louis-le-Grand, la fin de la sectorisation rendra attractives de nombreuses alternatives.

Pour les enseignants et les autres personnels de l'Education Nationale aussi, ce sera un monde nouveau mais autrement plus digne et passionnant que l'uniforme actuel. Chacun devra faire des choix (dans quel type d'établissement travailler), prendre ses responsabilités (faire réussir le projet choisi) et accepter d'être évalué (les établissements pour lesquels la demande sera insuffisante seront reconvertis).

Evidemment, on a le droit de regretter le temps où France Télécom vous accordait un modèle unique de combiné téléphonique, noir dans les années 60, gris dans les années 70. Le choix était plus simple qu'entre la dizaine de fournisseurs et les centaines de modèles actuels. Personne ne souhaite revenir en arrière. Et l'école, c'est quand même beaucoup plus important que le téléphone.


Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.