Éducation et culture

Angleterre

Free Schools : la libéralisation de l'Éducation ?

06 octobre 2011 • Charlotte Uher

arton12321.jpg

En 2010, le parti conservateur au pouvoir, allié aux Libéraux, a voulu libéraliser en Angleterre la création d'écoles publiques gérées par le privé : les Free schools, sur le modèle des Academies. Avec comme condition que ces écoles doivent être créées de préférence dans des zones défavorisées, où il existe une demande parentale avérée. En favorisant la création de free schools, le ministère espère aussi pouvoir résoudre le problème du manque croissant de places dans les écoles, notamment dans le premier degré, par exemple à Londres.

Il s'agit aussi, par cette réforme, de faciliter, pour les excellentes écoles, l'accession au statut d'Academy school, qui est une école indépendante, gratuite pour les parents, créée sur fonds publics mais gérée par le privé et qui relève directement du ministère, et non plus du gouvernement local. Les Academies ont été créées sous Tony Blair en 2000. Début 2010, avant l'arrivée au pouvoir du Parti conservateur, il y avait 203 academies en Angleterre. En janvier 2011, après la mise en œuvre des réformes, elles étaient plus de 400. En août 2011, plus de 300 groupes avaient soumis au ministère leur projet, plus ou moins avancé, de nouvelle free school, gérée de façon analogue aux Academies. La raison de ce succès, et la principale nouveauté introduite par les Conservateurs, est la suppression du droit de veto des autorités locales qui pouvait être opposé aux créations de nouvelles écoles.

La réforme britannique : débuts, premiers résultats

La réforme britannique s'est faite très rapidement. En un peu plus d'un an, le gouvernement a modifié la loi, trouvé des candidats et permis à 24 nouvelles free schools d'ouvrir leurs portes. Retour sur un agenda serré :

1. Avril 2010 : A l'occasion des élections législatives de 2010, le manifeste du Parti conservateur promet de réformer le système de création de nouvelles écoles [1] : « Notre programme de réforme a pour but de permettre aux communautés de se rencontrer pour discuter des problèmes locaux. Par exemple, nous permettrons aux parents de fonder de nouvelles écoles », « Nous appuyant sur l'expérience des réformes scolaires suédoises et du mouvement des charter schools aux États-Unis, nous briserons les barrières à l'entrée afin que chaque bon fournisseur d'éducation puisse mettre en place une nouvelle Academy school. Notre programme de réforme scolaire est une partie importante de notre stratégie anti-pauvreté, c'est pourquoi notre première action sera d'établir de nouvelles Academy schools dans les zones les plus défavorisées du pays ».

2. Juin 2010 : Le ministère demande à New Schools Network de trouver et d'aider des candidats à postuler au programme free schools. Le ministère lui accorde une subvention de 500.000£, valable de juin 2010 à juillet 2011 pour « fournir des conseils de haute qualité et orienter les candidats à la création de free schools ; développer l'accueil de conférences et de séminaires nationaux et régionaux ; générer et soutenir la mise en réseau de candidats à la création de free schools et, en temps utile, les prestataires existants afin de partager informations et expériences ; être le premier point de contact pour les groupes qui vont formellement manifester un intérêt pour la création de free schools ; soutenir des groupes qui veulent développer et soumettre au ministère une proposition de création de free schools (…). »

Le rôle de New Schools Network dans le processus

New Schools Network est une association caritative indépendante née en 2009. Elle a pour but « d'améliorer la qualité de l'enseignement - particulièrement des plus défavorisés – en augmentant le nombre d'écoles indépendantes et innovantes au sein du secteur public (state sector) ». Elle propose ses conseils aux groupes souhaitant fonder une école, un service de mise en relations entre enseignants volontaires, futurs directeurs, et partenaires potentiels ; mais aussi des évènements et des fiches pratiques.
NSN a été qualifié de think tank (ce dont se défend NSN sur son site) par The Guardian en juillet 2010, qui critique le manque de transparence de son financement et le fait que sa directrice, Rachel Wolf, ait été anciennement conseillère éducation au parti conservateur, proche de Michael Gove, le Ministre de l'Éducation qui a accordé en juin 2010 à l'association une subvention de 500.000£ pour aider le ministère à trouver et à conseiller des personnes souhaitant créer une Free School.

3. Juillet 2010 : le Parlement vote l'Academies Act 2010. Cette loi permet à toutes les écoles fondées sur fonds publics de devenir des academies, toujours avec des fonds publics, mais avec des degrés d'autonomie différents (par exemple pour moduler le salaire des enseignants ou pour diverger du programme scolaire établi au niveau national).

4. Septembre 2010 : Michael Gove, ministre de l'Éducation, publie la liste officielle des seize propositions d'écoles qui ont été retenues par le ministère, leur demandant de lui soumettre un projet plus complet, afin d'ouvrir en 2011 sous le statut de free school.

5. Janvier 2011- aujourd'hui : début de la lecture au House of Commons de l'Education White Paper qui vise, entre autres, à permettre aux autorités locales de proposer elles aussi des free schools. En effet, les free schools échappant aux autorités locales, celles-ci critiquaient fortement la réforme des free schools, l'accusant de (re)centralisation. En permettant aux gouvernements locaux de créer des free schools, le ministère leur rétrocède en quelque sorte leur pouvoir d'initiative éducatif, tout en gardant la haute main sur les nouvelles écoles créées.

6. Septembre 2011 : 24 free schools ouvrent pour la rentrée scolaire 2010-2011. La moitié de ces écoles sont implantées dans des zones défavorisées. Certaines sont confessionnelles, d'autres non, quelques unes ont été crées par des parents, d'autres par des enseignants, ou des associations caritatives. Des places ont été aussi créées dans des écoles existantes, comme à Batley Grammar School (créée en 1612), où les nouveaux élèves seront dispensés du paiement des frais de scolarité élevés de cette institution.

Les free schools ne représentent qu'une partie des réformes éducatives britanniques, qui concernent aussi, par exemple, la rationalisation des inspections pédagogiques, qui doivent devenir plus rares dans les très bonnes écoles, afin de concentrer les efforts sur celles jugées défaillantes. De plus, la réforme des free schools ne s'applique pour le moment qu'en Angleterre, et pas encore en Écosse ni au Pays de Galles. Enfin, si les propositions de nouvelles free schools ne manquent pas, il faut voir si les bonnes volontés suffiront à gérer les écoles au jour le jour. Car les expériences étrangères ont montré que les écoles libres les plus performantes étaient celles qui s'appuyaient sur un réseau : réseau d'une pédagogie innovante, chaîne d'écoles, ou encore entreprises privées à but lucratif, professionnelles de la gestion d'établissements.

Pour quel coût ?

Dans la mesure où il s'agit d'écoles publiques, les parents n'ont pas à payer de frais de scolarité. En effet, les free schools reçoivent pour chaque élève, la même somme que l'État aurait dépensée pour une école publique normale. D'après BBC News, lorsque la réforme a été annoncée, 50 millions de £ ont été prévus pour la mise en place des écoles. En réalité, les frais de construction des 24 premières free schools devraient s'élever entre 110 et 130 millions de £, à charge pour le ministère. A la rentrée 2011, les écoles ont commencé leurs cours dans des locaux temporaires, parfois sur leur futur lieu d'implantation.

Un mouvement déjà testé avec succès en Suède

Le manifeste du Parti conservateur s'appuie sur l'expérience réussie en Suède « où 1.000 nouvelles écoles ont été ouvertes (…) et ont attiré des élèves en offrant une meilleure discipline et un niveau plus élevé ». Selon le manifeste, c'est le fait que les parents peuvent librement choisir l'école de leurs enfants, sans être freinés par les frais de scolarité (chèque éducation), qui fait que le niveau des écoles s'est généralement amélioré, grâce à la concurrence des écoles entre elles.

Les Free Schools améliorent-elles vraiment les résultats des élèves ? L'exemple suédois

En 1992, la Suède introduisit le système des chèques-éducation, dans lequel des écoles privées (incluant des écoles à but lucratif) pouvaient recevoir pour chaque élève la même subvention qu'une école publique. L'autonomie des écoles a également été considérablement élargie, incluant la modulation du salaire et des conditions de travail des enseignants, la décentralisation du financement des écoles et une plus grande liberté pédagogique concernant l'organisation du programme et des examens. Aujourd'hui environ 10% des élèves de niveau collège sont accueillis dans les free schools. Il n'existe pas de sélection à l'entrée : l'admission se fait selon la règle du « premier arrivé, premier servi ».
La dernière évaluation des résultats de ces free schools suédoises (Böhlmark et Lindahl, 2007, 2008) montre un impact positif mais faible sur les résultats scolaires dans les villes où se sont implantées les free schools. Ces résultats positifs semblent dus tout autant à l'efficacité des free schools qu'aux efforts des écoles publiques locales pour répondre à cette concurrence.

Conclusion

Pour conclure, la rapidité de la mise en œuvre des free schools montre qu'une réforme éducative importante peut être menée sans perte de temps, surtout en s'appuyant sur l'initiative privée. Les années à venir montreront si les résultats en Angleterre sont aussi bons qu'ils l'ont été en Suède. Mais une telle réforme ne semble pas envisageable avant longtemps en France, où règne une forte méfiance de l'État envers les établissements gérés par le privé. Or l'exemple suédois montre, parmi bien d'autres, que la concurrence entre écoles est souvent bénéfique aux élèves. Un exemple à méditer alors que les derniers résultats de l'enquête PISA montrent une baisse des performances de l'école française.

[1] Citations : “Our reform agenda is designed to empower communities to come together to address local issues. For example, we will enable parents to start new schools” (p. 38) et “Drawing on the experience of the Swedish school reforms and the charter school movement in the United States, we will break down barriers to entry so that any good education provider can set up a new Academy school.(…) Our school reform programme is a major part of our anti-poverty strategy, which is why our first task will be to establish new Academy schools in the most deprived areas of the country. » (p. 53).

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.