Budget et fiscalité

Présidentielle 2017 : ce qu’ils proposent pour la fiscalité des ménages

12 avril 2017 • Manon Meistermann

foyer.jpg

Les foyers français sont les plus imposés du monde... c'est l'une des conclusions les plus marquantes de la dernière étude de l'OCDE sur la fiscalité. Le "coin fiscal" sur les familles pèse 40% pour un couple avec deux enfants en France, contre une moyenne de l'OCDE de 26,6%. 48,1% pour un célibataire français contre 36% en moyenne dans l'OCDE. Malgré cette nouvelle et l'approche du prélèvement à la source, la question de la fiscalité des ménage peine pourtant à se dégager des programmes des candidats à l'élection présidentielle.

Nathalie Arthaud

Les travailleurs ne payeront plus d’impôts sur leurs salaires.

Et sur la TVA ? Pour la suppression de la TVA qui est  « injuste » pour faire reposer la fiscalité exclusivement sur les profits du capital.

François Asselineau

Renforcement de la lutte contre la fraude fiscale pour retrouver 20 milliards d’euros par an.

 

Jacques Cheminade

A moyen terme, il faut remettre sur le métier la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG pour en faire un grand impôt direct, simple, progressif, compréhensible et équitable.

Et sur la TVA ? Augmentation de la  TVA de trois points, hors produits de première nécessité (« panier de la ménagère »).

Nicolas Dupont-Aignan

  1. Baisse de l'impôt sur le revenu de 10 %.
  2. Rétablir la 1/2 part fiscale pour les veuves et les veufs et s’opposer à toutes réformes allant dans le sens d’une diminution des pensions de réversion. Coût estimé : 1 milliard d’euros.
  3. Revenir sur la double baisse du plafonnement du quotient familial et rétablir le plafond à 2 336 euros. Coût estimé : 1 milliard d’euros.
  4. Garantir les revenus de l’épargne populaire en instaurant un plancher de 2% pour le Livret A.

Et sur la TVA ? Diminuer la TVA sur les travaux d’aménagement pour aider les personnes âgées à rester à domicile le plus longtemps possible.

François Fillon 

  1. Limiter les possibilités des collectivités territoriales d’augmenter les impôts locaux (taxe d’habitation et taxe foncière).
  2. Porter le plafond du quotient familial à 3.000 euros ;
  3. Suppression de la taxe à 75% sur les salaires supérieurs à 1 million d’euros ;
  4. Réorienter l'épargne vers l'investissement en réduisant l'IR de 30 à 50% du montant investi dans un PME jusqu'à un plafond de 1 million d'euros.

Et sur la TVA ? Le desserrement fiscal pour les entreprises sera financé d’une part par une augmentation de 3,5% des deux taux supérieurs de la TVA – hors produits de première nécessité – (pour 12 milliards d’euros) et d’autre part grâce aux économies de dépenses.

Benoît Hamon

Refonte de l’impôt sur le revenu : individualisation, élargissement de son assiette par la fusion avec la CSG, et un impôt plus progressif par une augmentation du nombre de tranches.

Et sur la TVA ? Rendre la fiscalité incitative pour guider l’épargne vers des investissements verts, instauration d'une TVA différenciée pour les produits vertueux (dont baisse de la TVA sur les produits bio).

Jean Lassalle

Affecter 1/3 des sommes récupérées sur l'évasion fiscale à baisser les  taux d'imposition, en premier lieu pour les classes moyennes et les familles.

 

Marine Le Pen

  1. Baisser de 10% l’impôt sur le revenu sur les trois premières tranches.
  2. Opérer une simplification fiscale en supprimant les impôts à très faible rendement.
  3. La taxe d’habitation sera intégrée à l’impôt sur le revenu sous la forme d’une taxe additionnelle qui sera aussi progressive que l’impôt sur les revenus. Elle sera baissé pour les plus modestes et son augmentation gelé.
  4. Sécuriser les dépôts et l’épargne des Français en abrogeant la directive européenne sur l’Union bancaire et la disposition de la loi Sapin II qui prévoient la ponction ou le gel de l’épargne bancaire et des contrats d’assurance-vie en cas de menace de crise bancaire.
  5. Baisser immédiatement de 5 % les tarifs réglementés du gaz et de l’électricité.
  6. Supprimer le prélèvement à la source afin de protéger la vie privée des Français et d’éviter une complexité administrative supplémentaire pour les entreprises.

Et sur la TVA ? « Assurer une juste contribution fiscale, en refusant toute hausse de la TVA et de la CSG. »

Emmanuel Macron

  1. Création d’une option d’individualisation de l’impôt sur le revenu.
  2. Rétablir les exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires.
  3. Exonération de la taxe d’habitation tous les Français des classes moyennes et populaires (soit 80% des ménages).
  4. L’augmentation de 1,7 point de la CSG se fera sur une base beaucoup plus large incluant les revenus du capital, les revenus de remplacement,  les retraites (sauf pour les demandeurs d'emploi et les 40% de retraités les plus modestes).

Et sur la TVA ? « Je ne toucherai pas à la TVA. (...) Pas d'augmentation et pas de baisse ».

Jean-Luc Mélenchon

  1. Créer 14 tranches de l'IR (contre 5 actuellement), création d'un revenu maximal avec une tranche à 100% au-delà de 460 000 euros de revenus annuels (imposant ainsi un revenu maximum autorisé). Pour 2 milliards d'euros de prélèvement en plus, pour financer le système de retraite. 
  2. Mettre en place "l'impôt universel" : tous les français payent l'impôt où qu'ils soient dans le monde. 
  3. Refonder l’imposition sur les revenus en transformant la CSG et l’impôt sur le revenu actuel en un nouvel impôt citoyen sur les revenus, garantissant les recettes de la Sécurité sociale et de l’État. Imposer les revenus du capital comme ceux du travail par une assiette large et unifiée.
  4. Mettre fin au quotient conjugal. Remplacer le quotient familial fiscal actuel par un crédit d’impôt par enfant.
  5. Évaluer chacune des niches fiscales et supprimer les niches injustes, inefficaces socialement ou nuisibles écologiquement.

Et sur la TVA ?  Réduire la TVA sur les produits de première nécessité, revenir sur les hausses récentes et réinstaurer une « TVA grand luxe » pour financer ces baisses.

Philippe Poutou

  1. Augmenter le nombre de contrôleurs fiscaux.
  2. Suppression de la Constitution et du Conseil constitutionnel qui « méprise l’obligation constitutionnelle pour chacun de contribuer aux charges publiques en fonction de ses capacités ».

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.