Budget et fiscalité

Fraude fiscale : vers une «guerre des polices» ?

12 septembre 2018 • l'équipe de la Fondation iFRAP

couv.jpg

Tous les mercredis, avant le Conseil des ministres, Le Macronomètre, l'observatoire des réformes du gouvernement lancé par la Fondation iFRAP, attribue une note aux réformes d'Emmanuel Macron. La note de la semaine du Macronomètre est présentée dans le Figaro. Cette semaine : 6/10 sur le projet de lutte contre la fraude fiscale.

La fraude fiscale est un serpent de mer du débat public, avec des chiffres souvent fantaisistes. On parle fréquemment de 80 milliards d'euros de fraudes fiscales et sociales mais ces chiffres sont non documentés, la réalité devant se situer autour de 50 milliards, dont une trentaine pour la seule fraude fiscale. Les contrôles fiscaux ont un rendement en chute ces dernières années et l'écart entre les redressements notifiés et les montants encaissés est très important (9,5 milliards d'encaissements contre 17,5 milliards). Le nouveau texte du projet de loi relatif à la lutte contre la fraude fiscale vise à rendre plus efficaces les services français. Il comporte de bonnes et de moins bonnes mesures.

Les bonnes mesures

  • Renforcer le recours au « data mining »

Les fichiers de la Sécurité sociale et les fichiers fiscaux seront mieux connectés, une quinzaine de millions d'euros seront dépensés dans le big data. Cela va dans le bon sens car la France est en retard sur l'utilisation en profondeur des données pour traquer les gros fraudeurs et sur l'interconnexion des fichiers sociaux et fiscaux. La Belgique, par exemple, arrive, grâce au big data, à faire fermer en quelques heures les coquilles vides visant à frauder la TVA. La France voit de son côté les fraudes à la TVA augmenter avec environ 17 milliards d'euros, selon les données disponibles.

  • Name and Shame

La légalisation de la pratique du « naming and shaming » en matière fiscale est une bonne nouvelle. Le principe consiste à publier les noms des gros fraudeurs, que ce soient des particuliers ou des entreprises. Des dispositions qui vont dans le sens d'un meilleur effet dissuasif contre les personnes morales et physiques qui se rendent coupables des fraudes les plus graves. Une pratique qui à l'international a montré son efficacité, notamment au Royaume-Uni.

  • Le plaider coupable est une bonne mesure car il accélère le contentieux et permet de désengorger les tribunaux… Elle qui devrait permettre une accélération des enquêtes fiscales et le recouvrement des sommes éludées et des pénalités.

Les moins bonnes mesures

  • La création d'une police fiscale et la crainte d'une future guerre des polices.

Le texte crée une nouvelle entité de police fiscale d'une cinquantaine d'agents à Bercy. L'intention n'est pas très compréhensible car le risque est fort d'aboutir à une « guerre des polices », entre la police fiscale d'une cinquantaine d'agents dédiée de Bercy et son homologue de l'Intérieur, la BNRDF (brigade nationale de répression de la délinquance fiscale) qui, rattachée au ministère de l'Intérieur, comporte déjà en son sein des agents de Bercy (OFJ, officier fiscaux judiciaires). Le choix avait été fait a contrario en 2010 de « fiscaliser la police ». Désormais, le projet de loi veut en sens inverse judiciariser l'administration fiscale. Le gouvernement annonce une spécialisation de la nouvelle structure sur la délinquance fiscale et le blanchiment, tandis que la précédente s'orienterait vers des sujets plus larges (grand banditisme, etc.). Il aurait été sans doute plus économe de renforcer tout bonnement les moyens de la BNRDF pour la rendre plus efficace mais cette création est peut-être une réponse du berger à la bergère à cause de la suppression du verrou de Bercy.

  • Le renforcement de la responsabilité fiscale des plateformes risque de déséquilibrer les acteurs français de l'économie collaborative (le Bon Coin, etc.) en les rendant solidairement responsables des fraudes commises sur leur support d'échange. Une mesure heureusement corrigée pour le moment à l'Assemblée nationale...
  • La lutte contre l'utilisation illégale du tabac.

Il s'agit sur ce dernier point d'une gestion paramétrique alors même que la hausse fiscale très importante décidée dès le budget 2018 laisse entrevoir un effondrement des recettes fiscales et entretient mécaniquement une augmentation du marché noir. Le gouvernement est ici astreint à une gestion répressive. Au-delà de quatre cartouches transportées par véhicule, les sanctions seront plus fortes.

La mesure la plus importante de ce texte est celle qui consiste à terme à traquer systématiquement les gros fraudeurs grâce au data mining, c'est-à-dire l'échange d'informations entre les administrations. Ce sera la clé, notamment de la lutte contre les fraudes massives à la TVA. Le reste des mesures n'est pas du même niveau en termes d'efficience.

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.