Agriculture et énergie

Le prix de l'électricité (verte) va encore augmenter

04 novembre 2010 • Philippe François

arton11818.jpg

En 2008, à la question du Grenelle de l'environnement « Êtes-vous d'accord pour utiliser de l'électricité verte ? », 95% des Français ont sans doute répondu OUI. Mais en 2010, ils découvrent que la véritable question était « Êtes-vous d'accord pour utiliser de l'électricité verte… de 3 à 10 fois plus chère que l'électricité actuelle ? ». A cette question, 95% des Français auraient certainement répondu NON. Et pourtant, avec le développement des énergies vertes, le prix de l'électricité va continuer à augmenter.

La France s'est imprudemment engagée à produire 21% d'électricité renouvelable en 2020. Heureusement que l'électricité produite grâce aux barrages hydroélectriques construits par nos parents et grands-parents représente déjà 11,5%. Elle présente tous les avantages : renouvelable, disponible à la demande, peu chère. En comparaison, toutes les autres formes d'électricité verte sont très coûteuses.

Une énergie de grand luxe [1]

Prix du MWh
Vente par EDF à ses concurrents 35 à 45 €
Rachat par EDF de l'électricité "verte" :
Éolienne terrestre 82 €
Éolienne marine 130 €
Solaire photovoltaïque (au sol) 266 à 352 €
Solaire photovoltaïque (bâtiment) 370 à 580 €
Solaire thermodynamique 328 €
Biomasse 125 à 175 €

(Ces tarifs sont si difficiles à croire qu'il est recommandé de les consulter sur le site du ministère). [2]

Ces coûts sont déjà ahurissants, mais ils n'incluent pourtant pas les diverses subventions fournies par l'État et les collectivités locales. Et pas non plus les surcoûts liés à l'extension du réseau électrique de transport et l'adaptation de sa gestion à des types de production aléatoire et dispersée. Enfin, l'utilité des MWh produits de façon aléatoire par les éoliennes et le solaire est très inférieure à celle des MWh produits en fonction des besoins (hydraulique, nucléaire, thermique classique). L'iFRAP estime que, pour tenir compte de ce facteur aléatoire, il faut encore multiplier par deux le coût de ces énergies.

De par la loi, l'électricité verte est obligatoirement achetée par EDF à des prix fixés par le gouvernement. A ce niveau d'aubaine, particuliers et investisseurs se précipitent sur ces bonnes affaires et installent de plus en plus d'éoliennes et de capteurs solaires, dépassant toutes les prévisions et les capacités des industriels français. EDF répercute logiquement leur surcoût sur les consommateurs. La nouvelle augmentation de 3% du prix de l'électricité décidée pour janvier 2011 n'est qu'un début, la hausse se poursuivra au fur et à mesure de la mise en route de nouvelles installations vertes.

La France n'ayant pas besoin de cette électricité supplémentaire doit se concentrer sur des programmes de recherche sur les énergies renouvelables, pas sur la production de masse par des techniques qui ne sont pas rentables.

La prochaine fois, avant de dire OUI, il faudra soigneusement lire la fin de la question, même si elle est écrite en tout petits caractères.

[1] Un luxe choquant dans une période de stagnation du pouvoir d'achat et dans un pays confronté à des déficits et des dettes écrasants

[2] Ces chiffres correspondent aux prix de gros à la sortie des centrales. Pour les consommateurs finaux il faut inclure les coûts très importants de transport et de distribution (environ 40% du prix final), mais aussi de vente et de gestion des clients. Les prix actuels se situent à environ 121 € par MWh pour les particuliers et 70 € par MWh pour les industriels.

Commentaires

  • Par Philippe François • Posté le 09/02/2012 à 10:52 Voici l'exemple d'une aide :
    http://www.martinique.ademe.fr/er_eolien_aide.asp
    Les créateurs de champs d'éoliennes paient bien le coût du racordement au réseau EDF/RTE mais pas le coût de la restructuration du réseau RTE et des mécanismes d'équilibrage du réseau liés à l'introduction de ces sources d'énergie intemittentes (smart grid).
    Enfin, le coût de l'électricité augmente bien au fur et à mesure du développement de l'éolien. Le surcoût facturé aux clients français à cause des énergies renouvelables est proche du milliard d'euros.
  • Par Berthy • Posté le 09/02/2012 à 10:52 Le prix des énergies verte n'augmente pas. Il a même tendance à diminuer en fonction de l'indexation fixée par la loi. Comme vous l'indiquez fort justement tous les prix sont fixés par décret et cela pour des périodes allant de 10 à 20 ans suivant les énergies.
    C'est la part des ENR dans le mix énergétique qui fait augmenter le prix global de l'électricité. Nuance.
    Par ailleurs, en ce qui concerne l'éolien (je ne connais pas les autres énergies) il n'existe aucune subvention nationale ou locale, et les coûts de raccordement et d'aménagement du réseau sont intégralement à la charge du porteur de projet. Il n'y a donc pas de surcoût par rapport aux 82 c€/kWh.
  • Par Philippe François • Posté le 26/03/2011 à 19:12 Merci de m'avoir signalé ce problème. Le ministère a changé son article de place.

    Le lien fonctionne à nouveau.
  • Par gil • Posté le 26/03/2011 à 19:12 Excellente enquête.Le lien du Ministère ne fonctionne pas. Pouvez vous m'en indiquer un autre.

    Merci

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.