Agriculture et énergie

La Taxe Carbone est un prélèvement obligatoire

07 septembre 2009 • Philippe François

agriculture_energie.jpg

Parce que la taxe payée par Madame X. quand elle fait remplir sa cuve de fuel se retrouverait sous la forme d'un chèque versé à Monsieur Y. habitant un hameau isolé, la taxe carbone ne serait pas un prélèvement obligatoire ? Et le taux de prélèvement obligatoire resterait inchangé ?

Mais la plupart des impôts, et toutes les cotisation sociales, suivent ce chemin : prélevés sur les uns et donnés aux autres, parfois aux mêmes d'ailleurs. Les cotisations retraite par exemple, CNAM, et même ARRCO/AGIRC, vont directement de la poche des uns dans celle des autres. Ces sommes sont pourtant bien incluses dans le "taux de prélèvement obligatoire" pour lequel la France est déjà championne du monde.

Camoufler la Taxe Carbone en Contribution Climat Energie ne change rien : malgré son nom, la Contribution Sociale Généralisée (CSG) est bien comptée dans les prélèvements obligatoires.

Dès à présent, il faut que l'INSEE et l'OCDE prennent en compte dans leurs statistiques toute une série de nouveaux pélèvements moins classqiues que l'impôt sur le revenu ou la TVA, mais tout aussi obligatoires, par exemple :

- Le surcoût des énergies éoliennes et photovoltaïques
- Le surcoût des nouvelles ampoules

- Le malus automobile

- La contribution des clients aux avantages retraites des salariés d'EDF, GDF Suez et de leurs concurrents

Ces sommes sont dissimulées dans nos factures, mais se chiffrent en Milliards d'euros par an.

Commentaires

  • Par Pierrefilant • Posté le 11/09/2009 à 12:02 La taxe carbone est une nécessité absolue. S'y opposer c'est vraiment avouer une incroyable myopie. Le monde ENTIER va se trouver obligé de réduire sa consommation de combustibles fossiles. Ceux qui refusent de le voir sont des irresponsables. J'ai moi-même toujours utilisé un 2 roues pour me rendre à mon travail, et j'étais pourtant un ingénieur chez Thalès. La solution ? La voiture électrique évidemment, alimentée grâce aux centrales nucléaires à neutrons rapides (Phoenix) qui, je le rappelle,sont 50 fois plus économiques en uranium, que la France a stupidement abandonnées (Jospin) sous la pression des "écolos" bornés.
  • Par AM60 • Posté le 10/09/2009 à 17:27 La subtilité de la langue française fait la part belle à la magie des discours politiques et ajoute à la confusion, voire à l'opacité des comptes tenus par les grands argentiers du moment.

    En effet ne paient une taxe que celles et ceux qui consomment ou se mettent en situation de taxation. Exemple : vous n'avez pas de voiture et vous vous contentez de marcher à pieds.....vous n'êtes donc pas soumis à la taxe sur les produits pétroliers.... Pour qu'il y ait prélévement obligatoire il faut là encore s'accorder sur ce qui relève de la définition. Bref les politiciens s'amusent à sauter les barrières de la langue française pour prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages. Mais finalement vu le nombre de sinistrés intellectuels précoces sortis de notre système éducatif défaillant,il n'y a guère que les érudits de la Cour des comptes ou ceux qui naviguent sur des sites semblables à celui de l'IFRAP pour s'étonner que les éoliennes politiques de nouvelle génération ne soient pas taxéees sur leur faible niveau de gestion.
  • Par Paul Chérel • Posté le 10/09/2009 à 10:12 J'ajouterai à la liste (non exhaustive) proposée des dépenses imposées ou presque impossibles à éviter comme la réservation obligatoire pour les TGV, les péages d'autoroute, les inscriptions scolaires, le respect de certaines normes obligatoires dont le bien fondé reste à démontrer, etc. Tant que le calcul de ces prélèvements n'aura pas été homogénéisé entre Etats, les données statistiques communiquées par les services propres à chacun d'eux resteront dans le domaine de la fantaisie la plus pure.
  • Par noreat • Posté le 10/09/2009 à 09:35 Cette taxe soi-disant pour encourager les personnes utilisant les énergies fossiles à réduire leur consommation est une aberration, et une injustice.

    Aberration : car le prix du pétrole varie avec le prix du baril, comme nous l’avons vu avec celui-ci à 150 dollars et aujourd’hui autour de 70 dollars, ce n'est pas avec quelques 3 centimes d’euros que l’on va réduire sa consommation..

    Injustice : les régions froides du Nord et en altitude vont être plus touchées que les régions du sud, les personnes habitant en zone rurale ne bénéficiant pas de transports en commun seront elles aussi victimes.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.