Agriculture et énergie

Crise alimentaire : protecteurs ou spéculateurs ?

27 mai 2008 • Philippe François

agriculture_energie.jpg

Que faire si, au niveau mondial,

- la consommation de blé augmente rapidement

- ou si les récoltes de blé sont mauvaises

- ou si le prix du blé commence à augmenter ?

Protecteurs Spéculateurs
Bloquent le prix du blé Achètent du blé à terme à un prix élevé
Résultats
Les consommateurs augmentent leurs achats Les prix augmentent
Les producteurs découragés abandonnent Les consommateurs limitent leurs achats
La pénurie s'aggrave De nouveaux producteurs arrivent
Les prix s'envolent La pénurie se résorbe
Le marché noir se développe Les prix baissent

Finalement, mieux vaut de "méchants" spéculateurs que de "gentils" protecteurs.

Commentaires

  • Par MP • Posté le 10/09/2009 à 07:32 Sur de nombreuses marchandises dont les céréales (blés, maïs, RIZ), le maillon "Négoce" était un facteur de régulation; Des "géants du grain" vendaient pendant que des "Organismes stockeurs" s'entendaient pour ne pas vendre; Ils achetaient pendant que des Utilisateurs industriels s'entendaient pour ne pas acheter; Puis, comme les Traders financiers, les Traders de céréales se sont pervertis, s'entendent même entre Firmes concurrentes, apparemment à l'insu de leurs Dirigeants; Des Traders de diverses marchandises ont réalisé des "intégrations verticales abusives" avec désinformations et ententes, supprimant toutes mises en concurrence; Organisant des positions dominantes; Et au détriment, tant du Producteur (de riz, de café, de cacao, etc.) que du Consommateur (de riz, etc.); D'utile qu'il était, le maillon Négoce est devenu nuisible; Des solutions ? Commerce direct entre Exportateurs asiatiques de riz (par exemple) et Importateurs africains, par l'Entremise de Négociateurs-Courtiers intègres, incorruptibles et indépendants de toute organisation tant d'Exportateurs que d'Importateurs; Mesures au niveau mondial pour limiter la taille des "géants du grain", pour empêcher les "intégrations verticales abusives" (corruptrices et supposées pour certaines d'être impliquées dans des commerces d'armes)
  • Par fabrice pelestor • Posté le 25/05/2009 à 23:29 N'oubliez-vous pas ceux qui vont tellement limiter leur consommation, qu'ils vont mourir de faim, à commencer par les plus faibles, c'est-à-dire les enfants et les femmes ?
  • Par Philippe François • Posté le 14/09/2008 à 10:15 Dès cette année, les producteurs ont réagi aux demandes du marché et les récoltes (notamment de blé que j'avais pris comme exemple) sont en très forte croissance. Magique ? Non, Logique.
  • Par PG • Posté le 14/09/2008 à 10:15 Je travaille dans le milieu agricole et nous sommes la risée de l'Europe car le seul pays communiste en agriculture.
    Oui, la spéculation est nécessaire, oui elle est bonne pour tous à condition que chacun sache se remettre en cause et ait le courage de le faire.
    Les aides directes sont une catastrophe car la course aux subventions favorise des investissements inutiles et coûteux.

    L'agriculture est encadrée par des administrations incompétentes et le développement des structures relève du parcours du combattant face aux commissions diverses.

    Les propriétaires sont spoliés par les SAFER et commissions CDOA.

    Que dire du statut du fermage?

    Aucun dynamisme facilité, pas d'efficacité économique, Bové a tué la recherche agricole en France et le Grenelle de l'environnement ne réunissait que des organisations vertes proches du terrorisme ou de l'extrême gauche.

    On sait que les exploitations importantes produisent plus et mieux:

    moins de produits phytosanitaires par quintal produit, moins d'engrais, de main d'oeuvre et de fuel et on sait qu'une seule récolte moyenne fera flamber les cours.
    Bref n'importe quoi, continuez à faire renaître le réalisme des 30 glorieuses.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.