Fondation iFrap

La Fondation iFRAP : think tank dédié à l'analyse des politiques publiques, laboratoire d'idées innovantes

Le SMIC en France et aux Etats-Unis

Mythes et réalité

En décembre 2006 par Nicolas Lecaussin

Une analyse des statistiques montre que le SMIC en France s’est banalisé chez les salariés tandis que dans un pays comme les Etats-Unis il sert surtout à rémunérer les jeunes de moins de 25 ans et ceux qui entrent sur le marché du travail.

Parmi les nombreux mythes qui font partie du "modèle social français" le salaire minimum (connu sous le nom de SMIC) tient une place de choix. Ses défenseurs arguent une "protection" des travailleurs qui seraient ainsi assurés avec un bouclier financier minimum mensuel. Au-delà du fait que ce bouclier est largement insuffisant dans une ville comme Paris où rien que les loyers sont largement au-dessus des possibilités financières des Smicards, il n’est pas moins vrai qu’il a enfermé une grande partie de la population active dans une catégorie de travailleurs pauvres qui ont du mal à évoluer sur l’échelle sociale, alors que le salaire minimum ne devrait être qu’un tremplin pour d’autres boulots mieux payés. Or, les statistiques [1]prouvent que de plus en plus de salariés se retrouvent smicards (un sur six au lieu de un sur dix à la fin des années 1980) : le pays compte 2,5 millions de smicards payés au taux horaire de 8,27 euros brut (5,84 euros/net pour 169 heures de travail par mois), ce qui représente 16,8% des salariés. Et que parmi ces salariés, nombreux sont ceux qui sont déjà âgés ou bien avec une formation.

Les salariés au SMIC ou en dessous en France et aux Etats-Unis
FRANCE ETATS-UNIS
Nombre de personnes 2,5 millions (16, 8 % de tous les salariés) 2 millions (1,5 % de tous les salariés)
Age des smicards : moins de 25 ans (en pourcentage) 30 % 51 %
Age des smicards : plus de 25 ans (en pourcentage) 13 % 1,7 %
Sources : DARES, Statistical Abstract 2006

Ainsi, parmi les salariés de moins de 25 ans, 30% sont au SMIC tandis que pour la catégorie des + de 25 ans, 13% gagnent le SMIC (12,4% sont même âgés de plus de 40 ans). Pour ce qui est de leur qualification, environ 33% des smicards ont le baccalauréat ou un diplôme (BEPC, CAP, BEP) et presque 3% ont un diplôme supérieur.

Qui touche le SMIC aux USA et en France ? La comparaison avec les Etats-Unis est très révélatrice car elle contribue à briser d’autres mythes sur l’économie de ce pays considéré comme "ultralibéral". S’il existe officiellement aux Etats-Unis un salaire minimum fédéral de 5,15 dollars de l’heure, de nombreux Etats ont instauré leur propre salaire minimum. En voici quelques exemples : dans l’Etat de Washington celui-ci est de 7,63 dollars de l’heure, dans l’Orégon 7,50 dollars, le Connecticut 7,40 dollars, le Vermont 7,25 dollars, Rhode Island 7,10 dollars, le Michigan 6,95 dollars, etc. Au total, dans 29 Etats le salaire horaire minimum est au-dessus de 5,15 dollars. Même des villes ont leur propre salaire minimum : dans la ville de Santa Fe celui-ci est de 8,50 dollars et sera de 10,50 dollars en 2008. Mais, de toute façon, ce salaire est largement en dessous du salaire moyen pratiqué sur le marché du travail qui s’élève à environ 18 dollars de l’heure. Mais ce qui est très important c’est que plus de la moitié de ceux (environ 2 millions d’employés sur un total d’environ 140 millions) qui gagnent le salaire minimum fédéral (ou moins) sont âgés de moins de 25 ans [2]. Ils sont plus de 1.100.000 contre 982.000 de plus de 25 ans. Les plus de 25 ans qui gagnent le SMIC américain ne représentent que…1,7% de cette catégorie d’âge contre 13% en France. Même pour ce qui est des jeunes (moins de 25 ans), les smicards ne sont que 6,3% du total des jeunes.

Lors des récentes élections de midterm (mi-mandat), la promesse démocrate d’une hausse du salaire minimum a été beaucoup applaudie en France. Et il est vrai que les référendums locaux en faveur de cette hausse ont été approuvés partout aux Etats-Unis. Mais qui voterait contre une hausse du salaire minimum qui, de toute façon, est en dessous du salaire du marché et ne sert que de "salaire de passage" pour une certaine catégorie de la population ?



[1] Selon une étude de la DARES (Direction des Etudes du ministère de l’emploi) de juillet 2006 : Les salariés au SMIC en 2002

[2] Voir Statistical Abstract of the USA, 2006



  • Imprimer la page
  • Envoyer par mail

Laisser un commentaire

* Mentions obligatoires. Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.